Accéder au contenu principal

Tunisie : Youssef Chahed nommé Premier ministre

Youssef Chahed faisait partie du gouvernement sortant, où il occupait de portefeuille de ministre des Affaires locales.
Youssef Chahed faisait partie du gouvernement sortant, où il occupait de portefeuille de ministre des Affaires locales. AFP

Après la destitution de Habib Essid le week-end dernier, le président tunisien Béji Caïd Essebsi a chargé mercredi le ministre des Affaires locales Youssef Chahed de former un gouvernement d'union nationale.

Publicité

Il a désormais 30 jours pour former un gouvernement. Youssef Chahed a été chargé, mercredi 3 août, par le président tunisien Béji Caïd Essebsi, de constituer un cabinet d'union nationale.

"Aujourd'hui, nous entrons dans une nouvelle étape qui requiert des efforts, des sacrifices, de l'audace, du courage, de l'abnégation et des solutions sortant du cadre classique", a déclaré Youssef Chahed à la presse au palais présidentiel de Carthage. Il a ajouté que ses priorités seraient la lutte contre le terrorisme et la corruption.

"Ce sera un gouvernement politique, un gouvernement de compétences, de jeunes", a-t-il poursuivi, en promettant que les femmes seraient "mieux représentées".

Jusque là ministre des Affaires locales, cet ingénieur agronome de 40 ans succède à Habib Essid au poste de Premier ministre. Les députés ont retiré samedi leur confiance au gouvernement d'Essid, 18 mois seulement après sa nomination.

>> À lire sur France 24 : "Éviction d’Habib Essid : 'La Tunisie peut tout à fait sombrer dans une nouvelle impasse politique'"

Le président Essebsi s'était déclaré le 2 juin en faveur d'un gouvernement d'union nationale face aux critiques contre le cabinet Essid, accusé d'inefficacité alors que la Tunisie traverse une période sensible avec une économie en crise et des menaces jihadistes.

Les familles du président et de Youssef Chahed sont liées par alliance

Youssef Chahed se distingue par sa jeunesse, ce qui est apprécié par la population. "Les Tunisiens ont l'impression depuis la révolution que l'élite politique, âgée, ne représente pas tout à fait la jeunesse tunisienne", relève Sandro Lutyens, le correspondant de France 24 en Tunisie. Membre de Nidaa Tounès, le parti formé par le président Essebsi, il a également un profil plus politique, ce que recherchent les partis. 

Des critiques ont cependant déjà fusé, avant même sa nomination officielle. En effet, souligne Sandro Lutyens, les familles du président et de Youssef Chahed sont liées par alliance, un élément qui rappelle à la population le népotisme de l'ère Ben Ali.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.