Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

Afrique

Évincé par l'EI, le chef de Boko Haram Abubakar Shekau affirme être "toujours présent"

© AFP, archives | Dans un message audio, Abubakar Shekau conteste son remplacement à la tête de Boko Haram.

Vidéo par Nicolas GERMAIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/08/2016

Dans un message audio, Abubakar Shekau s'adresse au groupe État islamique, qui a annoncé son limogeage à la tête de Boko Haram. Le Nigérian assure avoir été "trompé" et refuse de "suivre aveuglément" l'organisation terroriste.

On le disait affaibli, voire mort. Dans un message audio, diffusé jeudi 4 août, le désormais ancien chef de la secte islamiste Boko Haram, Abubakar Shekau, a affirmé être "toujours présent", malgré l’annonce de son remplacement par l’organisation État islamique (EI), auquel le groupe jihadiste nigérian a prêté allégeance en mars 2015.

Le message de dix minutes, dont la voix a été identifiée par un journaliste de l'AFP habitué aux déclarations du groupe, n'a pas encore été authentifié par les autorités, mais selon Yan St-Pierre, consultant en contre-terrorisme pour Modern Security Consulting, "la source de diffusion est très fiable".

Shekau réagit directement aux propos tenus par Abou Mosab al-Barnaoui dans Al-Nabaa, l’hebdomadaire officiel de l'EI, qui le présente comme le nouveau wali (chef) du califat de l'Afrique de l'Ouest. Le Nigérian, qui dirige le mouvement depuis 2009, affirme avoir été "trompé" par certains de ses combattants et l'EI, à qui il avait prêté allégeance en mars 2015, au point qu'il ne veut "plus les suivre aveuglément". "Par ce message, nous voulons affirmer que nous n'accepterons plus aucun émissaire [de l'EI], sauf ceux vraiment engagés dans la cause d'Allah", déclare-t-il.

Un groupe fortement divisé

Les spéculations sur la disparition de Shekau sont monnaie courante et l'armée nigériane l'a régulièrement déclaré mort. Sa dernière apparition remonte à mars lorsque, semblant affaibli dans une vidéo postée sur YouTube, il déclarait : "Pour moi, la fin est venue".

Blessé à l'estomac au moment de cette vidéo, selon des sources proches de la mouvance jihadiste, Shekau n'avait ensuite donné aucun signe de vie, et on le disait soit mort, soit en incapacité de diriger le groupe. "On voyait déjà d'un point de vue stratégique que le groupe était fortement divisé, analyse Yan St-Pierre. Maintenant la division est publique et le linge sale n'est plus lavé en famille."

Chercheur à l'Institut français du Proche-Orient et spécialiste des questions de jihad, Romain Caillet soulignait, mercredi, à l'AFP qu'"aucun élément dans cette interview [de Bardaoui à l'hebdomadaire de l'EI] ne laisse penser qu'Abubakar Shekau a été tué, ce qui indiquerait qu'il a probablement été limogé".

Abubakar Shekau a pris la tête de Boko Haram après l'exécution de son leader historique Mohammed Yusuf par les forces de l'ordre en 2009, qui avait marqué le début d'une vague de violences ayant fait quelque 20 000 morts et 2,6 millions de déplacés dans toute la région du lac Tchad.

Avec AFP
 

Première publication : 04/08/2016

  • NIGERIA

    Les pays du lac Tchad forcés de changer de stratégie face à l’urgence Boko Haram

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Pour François Hollande, Boko Haram "reste une menace", malgré "les progrès" dans la lutte

    En savoir plus

  • NIGERIA

    L'EI nomme un nouveau chef de Boko Haram, le sort d'Abubakar Shekau incertain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)