Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Découvertes

Un jour, les médecins pourront nous implanter des capteurs sans fil de la taille d'une poussière

© Université de Berkeley (Californie) | Grâce à de minuscules capteurs sans fil implantés dans le corps humain, les médecins pourront un jour surveiller le fonctionnement de nos organes.

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 04/08/2016

Cette petite puce sans fil pourrait être l'avenir de l'observation médicale.

Chaque jour, les évolutions technologiques poussent un peu plus loin les limites de l'observation médicale. 

Imaginez : grâce à de minuscules capteurs sans fil implantés dans le corps humain, les médecins pourront surveiller le fonctionnement des organes ou encore offrir aux paraplégiques le contrôle de leurs membres. 

VOIR AUSSI : Sur Snapchat, les opérations de chirurgie attirent du monde

C'est l'espoir qu'il est permis d'avoir aujourd'hui, grâce au travail d'une équipe de scientifiques de l'université de Berkeley (Californie), qui a mis au point un capteur de la taille d'un grain de riz. Celui-ci se compose d'un cristal piézoélectrique capable de convertir les vibrations d'ultrasons en énergie. Il serait aussi capable de recevoir les informations envoyées par les cellules nerveuses du cerveau afin de contrôler des membres bioniques.

Pour l'heure, le capteur imaginé mesure à peine 3 milimètres de long. Mais l'équipe a pour objectif de créer une version qui ferait à peine la moitié de la largeur d'un cheveu. L'objectif est de pouvoir intégrer au corps humain des composants électroniques à la fois capables de résister au temps et assez petits pour ne pas déranger le fonctionnement du corps humain.

Surtout, de si petits capteurs pourraient ouvrir la voix à une meilleure observation de l'organisme. Il deviendrait alors envisageable de l'utiliser pour surveiller l'évolution d'une tumeur ou vérifier l'efficacité d'un traitement du cancer. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 04/08/2016