Accéder au contenu principal

Centrale nucléaire de Hinkley Point : la justice refuse de suspendre le feu vert d'EDF

Le site de Hinkley Point, dans le sud de l'Angleterre, en octobre 2013, qui doit accueillir le projet de centrale nucléaire porté par EDF.
Le site de Hinkley Point, dans le sud de l'Angleterre, en octobre 2013, qui doit accueillir le projet de centrale nucléaire porté par EDF. Justin Tallis, AFP

Le tribunal de grande instance de Paris a débouté, vendredi, les syndicats d'EDF qui demandaient la suspension de la décision finale du conseil d'administration de l'électricien d'investir dans un projet nucléaire à Hinkley Point, au Royaume-Uni.

PUBLICITÉ

La décision du conseil d'administration d'EDF est maintenue. La justice a rejeté, vendredi 5 août, la demande de syndicats de l'électricien français visant à faire suspendre la décision finale d'investissement du groupe dans la construction de deux réacteurs nucléaires de nouvelle génération (EPR) à Hinkley Point, au Royaume-Uni.

Le tribunal de grande instance de Paris a ainsi débouté les syndicats, qui estiment ne pas avoir eu accès à suffisamment d'informations pour se prononcer sur le projet, validé le 28 juillet par le conseil d'administration du groupe.

Une autre procédure en cours

Le comité central d'entreprise (CCE) d'EDF compte poursuivre son action contre le projet de Hinkley Point par d'autres moyens. Il avait notamment déjà engagé une autre procédure devant le TGI de Paris afin d'obtenir des documents qu'il jugeait nécessaire pour rendre son avis sur ce projet de 18 milliards de livres (21,4 milliards d'euros environ). Une audience est fixée au 22 septembre.

>> À lire sur France 24 : "Hinkley Point : pourquoi Londres fait traîner le projet nucléaire d'EDF"

La future centrale nucléaire de Hinkley Point divise au sein d'EDF, les syndicats, mais aussi des responsables du groupe ayant fait entendre leur opposition. La conseil d'administration avait fini par valider définitivement le projet, pour finalement voir Londres reculer sur la question. En effet, quelques heures à peine après la décision, le ministre britannique de l'Énergie annonçait un moratoire sur le projet, dont le sort sera tranché à l'automne.

Avec Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.