AFRIQUE DU SUD

Municipales en Afrique du Sud : l’hégémonie de l’ANC remise en cause

Une électrice dans un bureau de vote à Soweto, le 3 août 2016.
Une électrice dans un bureau de vote à Soweto, le 3 août 2016. John Wessels, AFP

L’opposition devrait s’emparer de plusieurs grandes villes sud-africaines, selon les résultats partiels des élections municipales publiés vendredi matin. Un revers historique pour l'ANC, le parti au pouvoir depuis 1994.

Publicité

C’est une page qui se tourne, doucement mais sûrement, dans l’histoire de la politique sud-africaine. Le Congrès national africain (ANC), au pouvoir depuis la fin de l’apartheid, a enregistré, vendredi 5 août, son plus mauvais résultat électoral depuis 1994.

Le parti du président Jacob Zuma a beau arriver en tête de ces élections municipales, la montée en puissance de l’opposition dans plusieurs grandes ville augure d’une campagne acharnée pour le scrutin national de 2019.

Selon des résultats partiels, le principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique (DA), devrait s’emparer de la municipalité symbolique de Nelson Mandela Bay, qui englobe le hub industriel de Port Elizabeth. Avec la quasi totalité des bulletins dépouillés (98 %), la DA y comptabilisait en effet 46,65 % des voix contre 40,99 % pour l’ANC.Les deux partis sont au coude à coude à Pretoria et Johannesburg, respectivement les capitales politique et économique du pays.

L’opposition, qui contrôle déjà Le Cap, pourrait ainsi se retrouver en position de force pour les élections nationales de 2019, estime Caroline Dumay, correspondante de France 24 en Afrique du Sud : "Quand on perd une grande ville, on perd beaucoup. On perd du terrain, on perd des hommes d’affaire, on perd un réseau. Mais surtout on perd la confiance des électeurs. Ce scrutin est en train de montrer que l’alternance est possible", décrypte la journaliste.

Une opposition qui séduit la majorité noire

Un temps acquis à l’ANC, les citadins s’inquiètent désormais de la gestion de l’économie menée par le président Jacob Zuma.

Avec une ville présumée perdue, deux autres en danger, le parti au pouvoir fait les frais du revirement de millions d’électeurs noirs affectés par la stagnation économique, pour lesquels l’héritage du combat contre l’apartheid de l’ANC ne suffit plus, sur fond du scandale impliquant le président Jacob Zuma.

Les résultats de ces élections municipales montrent que l’Alliance démocratique, qui s’est choisi l’an dernier un dirigeant noir, Mmusi Maimane, est en train de gagner du terrain auprès de la majorité noire du pays. La DA a également promis des créations d’emploi et une amélioration des services sociaux en vue de changer son image de parti blanc.

"On voit bien que si elle [l’Alliance démocratique] fait 40 % à Pretoria ou Johannesburg, ce n’est plus du tout un parti de blancs", souligne Caroline Dumay.

"Les réflexes électoraux ont changé et l’ANC va devoir se remettre en question".

Avec Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine