ISRAEL

Israël : des dizaines de prisonniers palestiniens en grève de la faim

Des femmes palestniennes peignent des motifs sur des murs à l'occasion de la journée des prisonniers palestiniens à Ramallah, le 17 avril 2016.
Des femmes palestniennes peignent des motifs sur des murs à l'occasion de la journée des prisonniers palestiniens à Ramallah, le 17 avril 2016. Abbas Momani, AFP

Des dizaines de prisonniers palestiniens en Israël poursuivent leur grève de la faim, par solidarité avec un prisonnier dont la libération a été reportée. Samedi, 300 autres détenus, qui dénonçaient "des humiliations" ont cessé leur mouvement.

Publicité

Plus de 300 prisonniers palestiniens détenus en Israël ont mis fin, samedi 7 août, à une grève de la faim débutée mercredi. Plusieurs dizaines en revanche refusent toujours de s'alimenter, par solidarité avec Bilal Kayed, dont Israël a repoussé la libération à l'issue de sa peine.

Ceux qui ont cessé la grève ont obtenu samedi de l'administration pénitentiaire israélienne la fin de fouilles qu'ils jugeaient "humiliantes" et le retour dans certaines prisons de prisonniers transférés récemment, a indiqué une ONG palestinienne. Ces détenus, tous membres du mouvement islamiste Hamas, avaient entamé mercredi une grève de la faim pour protester contre le placement à l'isolement d'un certain nombre d'entre eux, la confiscation d'effets personnels et le transfert de dizaines de détenus vers d'autres prisons.

>> À lire sur France 24 : "Dialogue avec les Palestiniens : ces Israéliens qui veulent encore y croire"

Samedi, "les détenus du Hamas sont parvenus à un accord avec l'administration pénitentiaire d'occupation et ont donc suspendu leur grève de la faim", affirme un communiqué du Club des prisonniers palestinien. Cet accord comprend, entre autres, "l'arrêt des fouilles à nu humiliantes, le retour de prisonniers transférés récemment", poursuit le texte.

L'administration pénitentiaire israélienne avait confirmé vendredi à l'AFP avoir déplacé des détenus, fouillé des cellules et saisi des téléphones portables durant la semaine écoulée "sur la base de renseignements au sujet d'actes terroristes commandités de l'intérieur des prisons".

Selon le Club des prisonniers, des dizaines de détenus du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) continuent en revanche de refuser de s'alimenter par solidarité avec Bilal Kayed, en grève de la faim depuis 53 jours. Ce militant du FPLP devait être libéré le 15 juin après avoir purgé 14 ans et demi de prison pour ses activités au sein du mouvement d'inspiration marxiste. Mais Israël a ordonné son maintien en détention pour six mois sans procès ni inculpation.

Des manifestations de solidarité avec Bilal Kayed ont eu lieu tous les jours depuis le début de grève de la faim et les tentes de soutien ont fleuri en Cisjordanie.

Sur environ 7 000 détenus palestiniens dans les prisons israéliennes, plus de 700 sont en détention sans procès ni inculpation, selon le Club des prisonniers.

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine