ENVIRONNEMENT

Lundi, l'humanité aura utilisé toutes les ressources planétaires renouvelables en un an

L'Inde souffre du réchauffement climatique qui provoque de grave sécheresse comme ici en avril 2016, dans le village de Katra, dans le nord du pays.
L'Inde souffre du réchauffement climatique qui provoque de grave sécheresse comme ici en avril 2016, dans le village de Katra, dans le nord du pays. Sanjay Kanojia, AFP
4 mn

À partir de lundi, l’humanité aura consommé toutes les ressources que la planète peut renouveler en un an. Depuis les années 1970, ce "jour du dépassement" ne cesse d’avancer, mettent en garde plusieurs ONG.

Publicité

Si toute l’humanité vivait comme l’Australie, il nous faudrait 5,4 planètes par an pour subvenir à nos besoins énergétiques, 4,8 si nous vivions tous comme les États-Unis et 3 pour la France. En un mot : l’humanité vit bien au-dessus des moyens de la planète.

À partir du lundi 8 août, nous vivrons donc "à crédit" jusqu'au 31 décembre, a calculé l'ONG Global Footprint Network.

En images : les conséquences sur la planète du réchauffement climatique

Si le diaporama ne s'affiche pas sur votre mobile ou votre tablette, cliquez ici.

Signe de notre surconsommation des ressources planétaires : la date de ce "jour du dépassement" ne cesse d’avancer. Rappelons qu’en 2015, nous avions consommé toutes les ressources planétaires renouvelables en un an le 13 août, alors qu'en 1970, nous y étions parvenus le 23 décembre.

"Pour subvenir à nos besoins, nous avons aujourd'hui besoin de l'équivalent de 1,6 planète" par an, resument Global Footprint et WWF.

Les émissions à effet de serre, principal facteur de dépassement

"Le coût de cette surconsommation est déjà visible : pénuries d'eau, désertification, érosion des sols, chute de la productivité agricole et des stocks de poissons, déforestation, disparition des espèces", déplorent les ONG

>> À lire sur France 24 : "Cinq îles Salomon disparaissent à cause de la montée des eaux du Pacifique"

Pour WWF et Global Footprint, les émissions de gaz à effet de serre représentent le principal facteur de dépassement et pas moins de "60 % de notre empreinte écologique globale".

Selon le rapport annuel sur l'état du climat ("State of the Climate"), un document rendu public mardi auquel ont participé 450 scientifiques du monde entier, les émissions de gaz à effet de serre ont atteint des niveaux records en 2015.

La communauté internationale s'est engagée à la Conférence de Paris sur le climat, en décembre dernier, à réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de juguler le réchauffement climatique.

D'après Global Footprint, en 2030, si les émissions mondiales de CO2 ne diminuent pas, l'humanité aura englouti son "budget écologique" dès le 28 juin.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine