THAÏLANDE

Les Thaïlandais se prononcent sur une nouvelle constitution très controversée

Les Thaïlandais se prononcent sur un projet de Consitution qui permettrait à la junte de noyauter la scène politique.
Les Thaïlandais se prononcent sur un projet de Consitution qui permettrait à la junte de noyauter la scène politique. Lilian Suwanrumpha, AFP

Les Thaïlandais se prononcent dimanche sur une nouvelle Constitution très controversée : elle permettrait à la junte au pouvoir de contrôler la scène politique, même après d'éventuelles élections.

Publicité

L'enjeu est de taille. Les Thaïlandais sont appelés aux urnes, dimanche 7 juillet, pour un référendum portant sur la nouvelle Consitution, très controversée. En effet, elle permettrait à la junte au pouvoir depuis un coup d'État de contrôler la scène politique, même après le retour à des élections.

"C'est l'avenir de la Thaïlande... C'est la démocratie, venez voter", a lancé aux 50 millions d'électeurs le chef de la junte, le général Prayut Chan-ocha, en déposant son bulletin dans l'urne dimanche matin.

Aux manettes depuis le coup d'État de 2014 contre le dernier gouvernement élu, les militaires ont cependant pipé les dés en empêchant tout débat sous peine de prison, et en arrêtant ou rappelant à l'ordre les militants du "non".

En l'absence de débat de fond, les tracts distribués en amont du vote par la Commission électorale, dont l'impartialité est sujette à caution, insistaient sur "le bonheur" à venir, avec des photos d'enfants souriants.

Ce que les tracts officiels ne disent pas, c'est que le Sénat ne sera plus élu mais nommé : même après le retour des élections, le Parlement se retrouvera sous la coupe d'une chambre haute que les généraux continueront de contrôler.

Retour à la normale?

Les partisans du "oui" rencontrés dans les bureaux de vote dimanche mettaient en avant le fait que cette Constitution permettra selon eux de débloquer la scène politique et d'organiser des élections législatives en 2017 - ce que ne cesse de marteler la junte. Les partisans du "non" dénoncent quant à eux une "Constitution de voleurs", qui fait l'unanimité de la classe politique civile contre elle.

Si tant est que le scrutin soit transparent, un rejet de la Constitution "reflèterait la frustration populaire envers la junte et aiderait à galvaniser une plus grande unité populaire contre" le régime, analyse Paul Chambers, spécialiste américain de l'armée thaïlandaise, basé dans le nord du pays.

Mais, même en cas de rejet de son référendum, la junte au pouvoir n'est pas prête à lâcher le pouvoir, reconnaît-il. Pas avant d'avoir modifié en profondeur le système politique, afin d'empêcher durablement le retour aux manettes de l'opposition, incarnée par l'ex-Premier ministre Thaksin Shinawatra et sa sœur Yingluck, dont le gouvernement a été balayé par le coup d'État de 2014.

Jusqu'ici, les militaires avaient principalement eu recours aux coups d'État, dès 2006 pour Thaksin. Mais les Shinawatra étaient toujours revenus au pouvoir sitôt des élections organisées.

Dans ce pays aux violentes manifestations cycliques, la grande inconnue reste la stratégie de réplique des Chemises Rouges, puissant mouvement de soutien à Thaksin et Yingluck Shinawatra, très populaires dans le Nord et le Nord-Est. Pour l'heure, ils font profil bas, Yingluck Shinawatra votant elle-même dimanche, et renouvelant son appel aux électeurs à aller voter pour exprimer leur opinion.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine