JAPON

À 82 ans, l'empereur du Japon Akihito prépare son peuple à l'abdication

L'empereur japonais Akihito est âgé de 82 ans.
L'empereur japonais Akihito est âgé de 82 ans. Toru Yamanaka, AFP

L'empereur Akihito du Japon, âgé de 82 ans, s'est exprimé dans une rare allocution vidéo. Il s'est dit préoccupé par sa capacité à continuer de s'acquitter de ses obligations, laissant sous-entendre qu'il pensait abdiquer.

Publicité

Dans une allocution vidéo retransmise lundi 8 août, l’empereur japonais Akihito, âgé de 82 ans, s’est dit inquiet de ne plus pouvoir remplir ses fonctions à cause de son âge, évoquant à demi-mots son désir d'abdiquer.

"Quand je vois que ma force physique décline graduellement, je m'inquiète qu'il puisse être difficile pour moi de remplir mes obligations en tant que symbole de l'État avec toute mon énergie, comme je l'ai fait jusqu'à maintenant", a-t-il déclaré.

Empereur Akihito : "Je crains de ne plus être capable de remplir mes fonctions"

Il a ajouté qu’il exprimait ainsi ses pensées, étant dans l'impossibilité de "faire de commentaires spécifiques sur le système impérial". L’empereur s’est en effet abstenu d’annoncer clairement abdication, ce qui serait vu comme une intrusion dans les affaires politiques du pays.

"La loi sur la maison impériale au Japon ne prévoit pas ce cas de figure et, donc, légalement, l’empereur Akihito n’a tout simplement pas le droit d’abdiquer comme l’ont fait par exemple la reine Beatrix aux Pays-Bas ou le pape Benoît XVI, explique Marie Linton, correspondante de France 24 au Japon. Tout l’enjeu de cette allocution était de convaincre les japonais et les législateurs de le laisser abdiquer et de modifier la loi sur la maison impériale."

Transférer les fonctions à son fils ?

En juillet, la chaîne de télévision publique NHK avait indiqué que l'empereur avait fait part à l'Agence de la famille impériale de sa volonté d'abdiquer dans "les prochaines années". L'agence de presse Kyodo a elle aussi relayé des informations similaires, précisant que l'empereur avait informé son entourage qu'il voulait quitter le trône du Chrysanthème dans un an environ. Celui qui règne depuis 27 ans, au nom de "l'accomplissement de la paix" (ère Heisei), aimerait ainsi transférer "de son vivant" ses fonctions à son fils, le prince héritier Naruhito.

Empereur Akihito : "l’enjeu de cette allocution était de convaincre les Japonais de le laisser abdiquer"

Après avoir connu plusieurs problèmes de santé dont un cancer de la prostate, l’empereur aspire à du repos. Bien qu'elles ne soient guère médiatisées, les fonctions de représentation de l'État accomplies par l'empereur sont en effet lourdes. Il doit signer nombre de textes de loi, traités et autres documents transmis par le gouvernement (un millier en 2015), assister à de nombreuses réceptions (270 en 2015), recevoir des représentants d'États étrangers, etc.

Les propos de l’empereur ouvrent aujourd'hui le débat. Après son allocution, le Premier ministre Shinzo Abe a a immédiatement déclaré : "Nous recevons avec sérieux les mots de sa majesté l'empereur et nous devons y réfléchir profondément". Mais comme le souligne Marie Linton, cela ne va pas être une bataille facile car "les deux chambres sont dominées par les conservateurs, et beaucoup d’entre eux sont plutôt opposés à toute modification du statut de l’empereur".

Cette allocution vidéo est en tout cas un événement rare dans l’histoire du pays. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945, cela fait seulement trois que l’empereur s’adresse directement à son peuple. Un sondage de l'agence de presse Kyodo publié la semaine passée montre en tout cas que les Japonais le soutiennent dans son idée. Avant cette vidéo, 85 % d'entre eux avaient indiqué être favorables à un allègement des tâches de l'empereur s'il en émettait le vœu.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine