ÉTATS-UNIS

États-Unis : un dissident républicain se lance dans la course à la Maison Blanche

Evan McMullin était jusqu'à récemment un collaborateur parlementaire du groupe républicain de la Chambre des représentants.
Evan McMullin était jusqu'à récemment un collaborateur parlementaire du groupe républicain de la Chambre des représentants. Compte twitter de Evan McMullin

Inconnu du grand public, un ex-agent de la CIA, Evan McMullin, soutenu par des républicains opposés à Donald Trump, a annoncé, lundi, qu'il se lançait dans la course à la Maison Blanche pour barrer la route au milliardaire.

Publicité

"Il n'est jamais trop tard pour bien faire". C’est par ces mots qu’Evan McMullin justifie sur son nouveau site de campagne sa candidature à l’élection présidentielle américaine, annoncée le lundi 8 août 2016. Le républicain, inconnu du grand public et sans grande expérience politique, souhaite barrer la route au candidat officiel du Grand Old Party, Donald Trump, qui reste contesté par une partie du camp conservateur.

>> À lire sur France 24 : "Les 'excès' de Trump donnent des 'haut-le-cœur' à Hollande"

Cet ancien agent de la CIA, âgé de 40 ans, était jusqu'à récemment un collaborateur parlementaire du groupe républicain de la Chambre des représentants. Un responsable du groupe a précisé lundi qu'il n'en était plus salarié.

"En cette année où les Américains ont perdu la foi dans les candidats des deux grands partis, il est temps qu'une nouvelle génération de dirigeants s'élève", explique Evan McMullin sur sa page Facebook. "L'Amérique mérite mieux que ce que Donald Trump et Hillary Clinton ont à nous offrir".

Centaines de candidatures folkloriques

Sa candidature a, selon la chaîne ABC, été portée par une organisation baptisée "Better for America", financée par des républicains opposés à Donald Trump.

Mais à moins d'un budget de campagne rivalisant avec les dizaines de millions de dollars levés chaque mois par les équipes Clinton et Trump, cette candidature devrait s'ajouter aux centaines d'autres folkloriques officiellement déposées auprès de la commission fédérale électorale.

Cette déclaration est également tardive dans le calendrier présidentiel. Pour apparaître sur les bulletins de vote, les candidats doivent s'inscrire séparément auprès des autorités des 50 Etats, selon des procédures parfois lourdes. De nombreuses dates-butoirs sont fixées aux mois d'août et septembre.

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine