Accéder au contenu principal

JO-2016 : la judokate Majlinda Kelmendi décroche le premier titre olympique du Kosovo

La judokate kosovare Majlinda Kelmendi a remporté l'or en -52 kg.
La judokate kosovare Majlinda Kelmendi a remporté l'or en -52 kg. Toshifumi Kitamura, AFP

Pour la première fois de son histoire, le Kosovo a gagné une médaille olympique grâce à la judoka Majlinda Kelmendi. La sportive a remporté l'or en -52 kg.

Publicité

Porte-drapeau de son pays vendredi soir lors de la cérémonie d’ouverture, la Kosovare Majlinda Kelmendi a fait rêver son pays ce week-end aux Jeux olympiques de Rio. Dimanche 7 août, la judokate a décroché la toute première médaille olympique de l’histoire de son pays en battant en finale des -52 kg l’Italienne Odette Giuffrida.

"J'avais tant rêvé de ce moment, s'est réjouie la championne, tout sourire, drapeau national sur les épaules. C'est la première fois que le Kosovo vient aux Jeux olympiques et malgré ça, on gagne une médaille d'or ! J'ai toujours voulu montrer au monde que le Kosovo n'était pas qu'un pays qui avait connu la guerre." En 2013, Majlinda Kelmendi était déjà rentrée dans l’histoire en devenant la première championne du monde du Kosovo, à seulement 22 ans.

Il y a quatre ans à Londres, Majlinda Kelmendi n’avait pas pu concourir sous les couleurs de son pays, mais sous celles de l’Albanie, et elle s’était inclinée en huitièmes de finales. Le Kosovo, né de la dislocation de la Yougoslavie, n'est reconnu par le Comité international olympique que depuis le 9 décembre 2014, il ne l'est toujours pas par l'ONU, ni par l'Union européeenne.

La sportive s’est toujours accrochée à son rêve de victoire pour le Kosovo, malgré les sollicitations d'autres pays. "Aujourd'hui, je suis très heureuse parce que j'ai attendu ce moment très longtemps et j'ai refusé tant d'offres, tant de millions de la part d'autres pays qui voulaient que je les représente", a-t-elle expliqué en conférence de presse. 

L'héroïne de tout un pays

À chacun de ces exploits, la jeune femme originaire de Pecs, dans le nord-ouest du Kosovo, ne manque pas de rendre hommage à son entraîneur Driton Kuka, qui a forgé son caractère de battante. Cet ancien judoka avait manqué les JO de Barcelone en 1992 après s’être engagé dans l’armée de libération du Kosovo.

Devenus des symboles dans leur pays, la judokate et son coach dépassent désormais le simple monde du sport. Ils représentent les attentes de tout un pays et un modèle de réussite. "Tout le monde au Kosovo regarde mes combats et espère me voir gagner. Cela me motive beaucoup", raconte Majlinda Kelmendi. "Les enfants tout spécialement me voient comme un héros. Je leur ai prouvé que même après avoir survécu à la guerre, s’ils veulent vraiment quelque chose, ils peuvent y arriver".

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.