Accéder au contenu principal

Pakistan : au moins 70 morts dans un attentat à la bombe perpétré dans un hôpital

Avocats et journalistes portant eux-mêmes les blessés après l'attentat perpétré dans un hôpital de Quetta.
Avocats et journalistes portant eux-mêmes les blessés après l'attentat perpétré dans un hôpital de Quetta. AFP

Un attentat devant un hôpital du Balouchistan, au Pakistan, a fait au moins 70 morts et des dizaines de blessés, lundi matin. L'EI et le groupe Jamaat-ur-Ahrar, branche pakistanaise des Taliban, ont tous deux revendiqué l'attaque.

PUBLICITÉ

Au moins 70 personnes ont été tuées et une centaine blessées, lundi 8 août, dans un attentat à la bombe perpétré devant un hôpital de Quetta, capitale de la province instable du Baloutchistan, dans le sud-ouest du Pakistan. L'engin a explosé alors qu'environ 200 personnes endeuillées étaient rassemblées devant les urgences de l'hôpital civil, après l'assassinat, quelques heures plus tôt, d’un célèbre avocat de la province.

France 24

L'organisation jihadiste État islamique (EI) et le groupe Jamaat-ur-Ahrar, branche pakistanaise des Taliban, ont tous deux revendiqué l'attentat-suicide qui a fait 70 morts et plus de 110 blessés, devant un hôpital de Quetta, capitale de la province du Balouchistan, dans le sud-ouest du Pakistan.

Dans la soirée, l'agence de propagande de l’EI, Amaq, a revendiqué cette attaque au nom de l'organisation jihadiste. "Un martyr de l'État islamique a actionné sa ceinture d'explosifs pendant un rassemblement d'employés du ministère de la Justice et de policiers pakistanais dans la ville de Quetta", écrit Amaq.

Dans la matinée, le groupe Jamaat-ur-Ahrar des taliban pakistanais avait précédé l'EI en revendiquant la tuerie par voie électronique . Ce groupe a pu par le passé revendiquer des attentats qu'il n'avait pas commis.

"Le Tehreek-e-Taliban Pakistan Jamaat-ur-Ahrar (TTP-JA) revendique cet attentat et s'engage à continuer à mener ce genre d'attaque. Nous publierons bientôt une vidéo à ce sujet", a déclaré son porte-parole, Ehsanullah Ehsan, dans le communiqué. Le TTP-JA avait déjà revendiqué l'attentat du dimanche de Pâques, où une bombe avait tué 75 personnes lors du week-end de Pâques à Lahore.

 

"Tout est devenu sombre"

Des images de l'attentat montrent des scènes de chaos et des personnes paniquées fuyant à travers les décombres du service d'urgences de l'hôpital. "L'explosion s'est produite au moment où des avocats étaient rassemblés devant le département des urgences. Certains étaient à l'intérieur, d'autres devant la grille d'entrée", a raconté à l’AFP un médecin de l'hôpital. Il y a eu une énorme explosion, et tout est devenu sombre. Au début, je pensais que c'était un effondrement d'un bâtiment. Puis, il y a eu des cris".

>> À lire sur France 24 : "Les musulmans restent les premières victimes du terrorisme au Pakistan"

"Un certain nombre d'avocats et de journalistes s'étaient rassemblés à l'hôpital dans la foulée de la mort du président du barreau du Baloutchistan, lors d'une attaque armée tôt ce matin", a indiqué Akbar Harifal, chargé des affaires intérieures dans cette province en proie aux violences. Bilal Anwar Kasi, dont la mort n'a pas été revendiquée, a été tué par des inconnus armés alors qu'il quittait son domicile pour aller travailler lundi matin.

Le Premier ministre Nawaz Sharif a condamné l'attentat, et ordonné de nouvelles mesures de sécurité. "Nous ne laisserons personne troubler dans cette province la paix qui y a été restaurée grâce aux nombreux sacrifices des forces de sécurité, de la police et du peuple", a-t-il indiqué selon un communiqué de son bureau.

Le Baloutchistan, frontalier de l'Iran et de l'Afghanistan, est une région riche en réserves pétrolières et gazières, secouée par des violences confessionnelles entre sunnites et chiites, des attaques islamistes et une insurrection séparatiste.

Avec AFP et Reuters
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.