Accéder au contenu principal
FRANCE

Exportation de blé : la France va perdre sa place de leader au profit de l'Allemagne

La France est le 5e producteur mondial de blé.
La France est le 5e producteur mondial de blé. Philippe Huguen, AFP
3 mn

La France va perdre en 2016 sa place de leader européen des exportations au profit de l'Allemagne, selon le cabinet Agritel. En cause, une forte chute de rendement de ses champs de blé à la suite d'importantes intempéries au printemps.

Publicité

Pour la première fois de son histoire, la France va être détrônée de son titre de premier exportateur européen de blé hors Europe. "La France va perdre en 2016 sa place de leader européen des exportations vers les pays tiers" en blé tendre, a assuré mardi 9 août Michel Portier, le directeur général du cabinet de conseil Agritel, lors d'une conférence de presse.

Le pays a connu une forte chute de rendement de ses champs de blé à la suite d'importantes intempéries au printemps.

>> À lire sur France 24 : "Vidéo : le grand malaise des agriculteurs français"

"L'Allemagne va devenir premier exportateur européen vers les pays tiers", avec une production de blé estimée à 25,5 millions de tonnes, a-t-il ajouté.

Le cabinet de conseil estime que la France disposera de 5,1 millions de tonnes à l'exportation hors UE, sur une production de 28,7 millions de tonnes, "soit une baisse de 60 % par rapport à 2015".

La France, 5e producteur mondial de blé

"Cela représente une perte de 2 milliards d'euros de l'excédent commercial seulement pour le blé, et de 3 milliards si on ajoute les autres cultures (orge, blé dur, pois, maïs...)", selon Michel Portier.

Dans le même temps, la moisson s'annonce excellente dans tous les autres pays producteurs de céréales mondiaux.

La France, cinquième producteur mondial de blé, est en forte concurrence avec les États-Unis (3e producteur), la Russie (4e) et le Canada (6e) pour vendre son blé sur les marchés internationaux.

>> À lire sur France 24 : "Salon de l’agriculture : adieu veaux, vaches, cochons... "

"Nous avons des concurrents y compris intra-communautaires", rappelle toutefois Michel Portier en indiquant qu'un client français a acheté récemment un bateau de blé roumain, moins cher d'une vingtaine d'euros la tonne que le blé français.

Le 27 juillet, anticipant les mauvaises récoltes françaises, le Conseil des ministres a décidé de lancer un plan d'aide aux céréaliers français, notamment pour le blé. Ce plan, qui sera évalué début septembre avec l'ensemble de la profession agricole, prévoit des mesures fiscales, le report de cotisations sociales et des mesures spécifiques sur le remboursement de la TVA, ainsi qu'un fonds de garantie de la Banque publique d'investissement (BPI), avait expliqué le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.