Accéder au contenu principal

Donald Trump désavoué par 50 anciens hauts fonctionnaires républicains

Donald Trump en meeting à Detroit, le 8 août 2016.
Donald Trump en meeting à Detroit, le 8 août 2016. Bill Pugliano, AFP

Cinquante experts en sécurité ayant travaillé avec des présidents républicains ont publié une lettre ouverte dans laquelle ils s'en prennent à l'ignorance et l'incompétence de Donald Trump.

PUBLICITÉ

Pour eux, il s’agit ni plus ni moins du "président le plus dangereux de l'histoire américaine". Dans une lettre ouverte publiée, lundi 8 août, dans le New York Times, 50 républicains ayant exercé d'importantes fonctions dans l'appareil américain de sécurité nationale dénoncent l'ignorance et l'incompétence de Donald Trump, candidat à la présidentielle américaine de novembre.

Les signataires, qui ont travaillé à la Maison Blanche, au département d'État ou au département de la Défense pour des présidents républicains comme George W. Bush, indiquent clairement qu’ils ne voteront pas pour le milliardaire investi par le Parti républicain, mais n’appellent pas pour autant à choisir la candidate démocrate, Hillary Clinton.

>> À lire sur France 24 : "Les défections se multiplient autour de Donald Trump"

"M. Trump n'a pas la personnalité, les valeurs ou l'expérience pour être président", écrivent-ils, soulignant qu'il affaiblirait l'autorité morale des États-Unis dans le monde et qu'il semblait ignorer les aspects élémentaires de la Constitution et du droit américains. Non seulement il est "ignorant" dans le domaine des affaires internationales, mais "il n'a manifesté aucun désir de s'informer", affirment ces experts.

"Comportement fantasque"

Reprenant les critiques d'Hillary Clinton, ces personnalités républicaines soulignent que le milliardaire ne fait preuve ni de discipline, ni de maîtrise de soi, et qu'il est "incapable de tolérer les critiques personnelles". "Il a alarmé nos alliés les plus proches en raison de son comportement fantasque, ajoutent-ils. Ces particularités sont dangereuses chez un individu qui voudrait devenir président et commandant en chef, ayant la responsabilité de l'arsenal nucléaire américain."

 

Comme à son habitude, l'intéressé n’a pas tardé à répondre. Dans un communiqué, il qualifie ses détracteurs d"'élite washingtonienne qui a échoué et cherche à s'accrocher à ses pouvoirs". Donald Trump leur reproche d'être "les auteurs des décisions désastreuses d'envahir l'Irak, de permettre à des Américains de mourir à Benghazi et d'être ceux qui ont permis l'ascension de l'EI [groupe État islamique]". Avant de conclure : "Je propose une meilleure vision pour notre pays et notre politique étrangère, une vision qui n'est pas celle d'une famille régnante en politique".

>> À lire sur France 24 : Les "excès" de Trump donnent des "haut-le-cœur" à Hollande

Parmi les signataires de la lettre rejetant sa candidature figurent d’anciens collaborateurs néoconservateurs de George W. Bush : Michael Hayden, ancien directeur de la CIA ; John Negroponte, ancien directeur du renseignement national et numéro deux du département d'État, Éric Edelman, ancien conseiller à la sécurité nationale du vice-président Dick Cheney, etc.

Les anciens chefs de la diplomatie républicains Henry Kissinger et Condoleezza Rice sont pour l'instant silencieux sur leur préférence pour le scrutin de novembre.

Avec Reuters

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.