Accéder au contenu principal

En images : l'incendie géant au nord de Marseille "perd de son intensité"

Les flammes à Les Pennes-Mirabeau, près de Marseille, le 11 août 2016.
Les flammes à Les Pennes-Mirabeau, près de Marseille, le 11 août 2016. Boris Horvat, AFP

Les pompiers marseillais ont bénéficié de conditions favorables, tôt jeudi matin, dans leur lutte contre un incendie géant qui a parcouru 3 300 hectares de garrigue au nord de la deuxième plus grande ville de France.

Publicité

L'incendie géant au nord de Marseille "semble perdre de son intensité mais n'est pas encore maîtrisé". C’est ce qu’a annoncé sur Twitter le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, dans la nuit du mercredi au jeudi 11 août. Les 1 200 pompiers mobilisés continuent néanmoins de recevoir des renforts d’autres régions afin d’empêcher le feu de s'étendre aux villes.

"Les conditions sont plus favorables car, malgré un vent toujours violent, l'humidité est de retour et les températures baissent", a déclaré à la presse, au PC du feu installé près de la gare TGV d'Aix-en-Provence, le directeur des pompiers des Bouches-du-Rhône (SDIS 13), le colonel Grégory Allione.

Les pompiers ont revu leur dispositif car le feu est fixé dans de nombreuses parties, a-t-il indiqué. "Les foyers actifs sont (situés) sur les communes de Saint-Victoret, des Pennes-Mirabeau et Vitrolles", ont précisé ses services dans un communiqué.

Incendies dans les Bouches-du-Rhône
{{ scope.counterText }}
{{ scope.legend }}© {{ scope.credits }}
{{ scope.counterText }}

{{ scope.legend }}

© {{ scope.credits }}

Deux personnes ont été blessées, dont une gravement brûlée à Rognac, et une autre plus légèrement. Aucun blessé n'est à déplorer parmi les soldats du feu.

Depuis mercredi 15H30, "2.500 hectares ont été brûlés dans un feu parti de Rognac, qui a été arrêté cette nuit aux portes de Marseille, dans le nord de la ville. 800 hectares ont brûlé dans la zone portuaire industrielle de Fos-sur-Mer. Certains feux sont déjà éteints, celui de Rognac est fixé", a déclaré à l'AFP le directeur de cabinet du préfet, Jean Rampon

"L'objectif des forces est de contenir absolument le feu pour éviter qu'il ne gagne les villes, et notamment Marseille", a déclaré le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve qui a fait le déplacement à Aix-en-Provence.

Le ministre arrivait de l'Hérault, où un incendie a parcouru plus de 200 hectares de garrigues près de Gabian, à 20 km au nord de Béziers. Quatre pompiers, dans un véhicule cerné par les flammes, y ont été blessés dans l'après-midi au cours de l'intervention, dont trois grièvement. Le feu a été circonscrit peu après 20 h.

Une situation "pas vue depuis très longtemps"

L'incendie de Vitrolles, attisé par un mistral violent conjugué à la sécheresse, avait débuté en milieu d'après-midi à Rognac, se propageant rapidement dans la garrigue d'herbes rases et quelques espaces boisés du plateau de l'Arbois. Entre 20 et 25 maisons ont été brûlées.

"La situation que nous connaissons est telle que nous n'en avons pas vue depuis très longtemps", ont décrit les pompiers.

Aux Pennes-Mirabeau, dans la nuit, une colline de garrigue était embrasée à moins de 100 mètres d'habitations, sous un ciel incandescent. Sur la route conduisant à cette localité, des poteaux électriques étaient détruits par le feu et les flammes progressaient dans une forêt non loin d'une station-service, a constaté l'AFP.

Frédéric Paris, directeur de cabinet du maire de Vitrolles, a évalué "entre 6 000 et 8 000" le nombre de personnes affectées par le sinistre, dans cinq quartiers, la plupart restant confinées chez elle, les autres, un millier environ, ayant été évacuées, notamment vers trois gymnases. La mairie avait aussi annoncé l'évacuation d'enfants accueillis dans un centre aéré.

Reprise progressive du trafic aérien

Dans cette localité de quelque 35 000 habitants à 30 kilomètres au nord de Marseille, "le feu part de partout, c'est incontrôlable", commentait un policier à un rond-point dans la soirée. Des habitants couraient en tous sens et se réfugiaient dans les gymnases mis à leur disposition.

"La situation a été rendue difficile en raison de la météo, avec un fort vent et une sécheresse qui dure depuis plusieurs semaines", a expliqué Bernard Cazeneuve.

Après un hiver et un printemps faiblement pluvieux, le sud-est de la France est en état de sécheresse et des mesures de restrictions d'eau plus ou moins drastiques ont été prises dans plusieurs départements, dont les Bouches-du-Rhône.

Les transports aériens et routiers ont progressivement repris mercredi soir après avoir été gravement perturbés par le feu, à proximité immédiate de l'aéroport Marseille-Provence à Marignane.

Dans la zone industrielle entre Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis du Rhône, 530 hectares ont aussi été parcourus par trois autres incendies, mobilisant 250 pompiers. Le feu était désormais sous contrôle, après avoir été "menaçant" pour les entreprises alentour.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.