BRÉSIL

Le Sénat brésilien vote en faveur d'un procès en destitution contre Dilma Rousseff

La présidente du Brésil Dilma Rousseff, accusée de maquillage de comptes publics, est actuellement suspendue de ses fonctions.
La présidente du Brésil Dilma Rousseff, accusée de maquillage de comptes publics, est actuellement suspendue de ses fonctions. Evaristo Sa, AFP

Les sénateurs brésiliens ont décidé, dans la nuit de mardi à mercredi, de juger Dilma Rousseff. La présidente brésilienne, accusée d'avoir maquillé des comptes publics, fera bien l'objet d'un procès en destitution.

Publicité

Dernier épisode d'un long feuilleton politique. Le Sénat brésilien a voté, dans la nuit de mardi 9 à mercredi 10 août, en faveur d'un procès en destitution contre la présidente Dilma Rousseff, qui pourrait aboutir à la chasser définitivement du pouvoir.

À 59 voix contre 21, les sénateurs se sont déclarés pour la tenue de ce procès visant la chef de l'État, suspendue depuis le mois de mai, après avoir été accusée de maquillage des comptes publics en vue de sa réélection en 2014.

Hervé Théry, Directeur de recherche au CNRS-Creda

Après ce vote, attendu à la fin du mois, Dilma Rousseff pourrait perdre ses droits politiques pour huit ans, si une majorité des deux tiers pour la destitution est atteinte. Ce serait alors la fin de plus de treize ans au pouvoir pour le Parti des travailleurs. Elle serait alors remplacée jusqu'à la fin de son mandat en 2018 par l'actuel président par intérim Michel Temer, 75 ans.

La présidente de gauche a été suspendue de ses fonctions le 12 mai et conteste formellement avoir commis un quelconque "crime de responsabilité", dénonçant un coup d’État institutionnel.

Avec AFP et Reuters
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine