Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"ONU : multilatéralisme vs. souveraineté"

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle réponse de l'Iran après l'attentat d'Ahvaz ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Harkis, une si longue attente"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Élysée enlisé dans la parodie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : le cap Bon sous les eaux

En savoir plus

FOCUS

L'IVG en Allemagne, un parcours de combattante

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Michael Barenboim recherche "le dialogue des œuvres les unes avec les autres"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Nous avons essayé de comprendre s'il existe une identité européenne"

En savoir plus

EUROPE

Kiev met une partie de son armée en état d'alerte à la frontière avec la Crimée

© Mykola Lazarenko, AFP | Le président ukrainien Petro Porochenko lors d'une réunion avec des représentants des forces armées, le 11 août 2016.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/08/2016

Après de nouvelles tensions avec la Russie amorcées mercredi, l'Ukraine a mis en état d'alerte une partie de son armée le long de la frontière avec la Crimée. La péninsule avait été annexée par Moscou en mars 2014.

Le président ukrainien Petro Porochenko a demandé jeudi 11 août à ses unités militaires situées près de la frontière avec la Crimée, annexée par Moscou, de se mettre en alerte. "J'ai ordonné à toutes les unités dans les régions situées au niveau de la frontière administrative avec la Crimée et le long de la ligne de front dans le Donbass (est de l'Ukraine) de se mettre en état d'alerte", a-t-il annoncé sur Twitter, après une réunion avec des représentants des forces armées et du ministère ukrainien des Affaires étrangères.

Petro Porochenko a également réclamé la tenue d'un entretien téléphonique avec Vladimir Poutine, le vice-président américain Joe Biden, le président du Conseil européen, Donald Tusk et plusieurs dirigeants occidentaux, dont François Hollande et Angela Merkel, qui ont déjà négocié avec Kiev et Moscou les accords de Minsk.

>> À voir sur France 24 : "Ukraine : la crise oubliée par l'Europe ?"

La déclaration de Porochenko intervient peu après l'annonce du président russe Vladimir Poutine qui a lui aussi annoncé le renforcement de la sécurité dans la péninsule de Crimée, annexée par Moscou en mars 2014. "Nous nous préparons à tout", a indiqué à l'AFP un haut responsable au sein des services de sécurité ukrainiens, jugeant "possible" une invasion russe.

Washington s'est dit "extrêmement inquiet" et appelle à éviter "l'escalade".

Kiev est "passé à la terreur", selon Moscou

Poutine a accusé mercredi les autorités ukrainiennes d'être "passées à la terreur".  À l’origine de cette escalade : une provocation de Kiev, selon Poutine. Le président russe a accusé les autorités ukrainiennes d'avoir commandité plusieurs incursions de commandos en Crimée, au mois d’août. "Des mesures supplémentaires ont été discutées pour assurer la sécurité des citoyens et les infrastructures vitales de Crimée", a expliqué la présidence russe.

>> À voir sur France 24 : "Ukraine : à la recherche des disparus du Donbass"

L'Ukraine a demandé au Kremlin de fournir au Conseil de sécurité de l'ONU des "preuves" pour étayer ses accusations. "Si c'est bien arrivé, où sont les preuves ? Des déclarations, des images, des photos, des vidéos, quoi que ce soit", a lancé l'ambassadeur d'Ukraine à l'ONU, Volodymyr Yelchenko, à des journalistes. "Ce ne sont que des mots", a-t-il ajouté.

Ces échanges constituent la plus forte montée de fièvre entre Moscou et Kiev, à couteaux tirés depuis l'arrivée au pouvoir de pro-occidentaux en Ukraine à la place du président prorusse Viktor Ianoukovitch, début 2014.

Le président ukrainien Petro Porochenko a dénoncé des accusations "absurdes et cyniques" servant de "prétexte pour de nouvelles menaces militaires à l'égard de l'Ukraine". L'ambassadeur des États-Unis en Ukraine, Geoffrey Pyatt, a déclaré jeudi matin que son pays n'avait aucune preuve confirmant les accusations russes.

Pour voir la vidéo ci-dessous, cliquez ici

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 11/08/2016

  • RUSSIE - UKRAINE

    La Russie accuse l'Ukraine d'envoyer des "saboteurs-terroristes" en Crimée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)