Accéder au contenu principal

Vidéo : l'amertume des migrants maliens expulsés d'Algérie

Un jeune Malien rapatrié mercredi 10 août témoigne des mauvais traitements reçus en Algérie.
Un jeune Malien rapatrié mercredi 10 août témoigne des mauvais traitements reçus en Algérie. Capture d'écran France 24

Plus de 400 migrants maliens ont été rapatriés, mercredi 10 août, d'Algérie où ils comptaient s'installer pour fuir la guerre et la famine. De retour au pays, ces migrants dénoncent les mauvais traitements dont ils ont fait l'objet. Témoignage.

Publicité

Le rêve de l'eldorado européen s'ensable dans le sud de l'Algérie pour les jeunes migrants maliens. De simple pays de transit, l'Algérie est devenue pour beaucoup d’entre eux fuyant la guerre ou la famine, une destination à part entière. Seul problème, Alger peine à fournir à ces ressortissants des cartes de séjour. Expulsés de Tamanrasset, plus de 400 migrants maliens ont été raptriés mercredi 10 août à Bamako à bord d’une dizaine de cars.

>> À (re)lire sur France 24 : "Deux ans d’opération Barkhane au Mali : quel bilan ?"

À leur arrivée dans la capitale, les rapatriés, amers, ne cachent pas leur déception. Certains plaignent même de mauvais traitements. De violents affrontements se sont d’ailleurs produits à Tamanrasset le mois dernier. "Les habitants de Tamanrasset ont commencé à frapper les gens et voler de l’argent avant de nous chasser de leur territoire, alors que nous n'avions rien fait", témoigne un jeune rapatrié au micro de France 24. "Nous demandons aux autorités maliennes de nous aider vraiment. On a quitté notre pays pour pouvoir s'occuper de nos familles. Et nous n'avons plus rien. Nous n'avons même plus d'argent pour payer les transports pour rentrer voir nos familles."

Ces jeunes hommes et femmes pointent un doigt le consulat du Mali à Tamanrasset, qu’ils accusent de ne pas se soucier de leur sort. Mais pas seulement. "On veut surtout que l’État malien nous donne du travail. Nous avons perdu trop de temps là-bas", surrenchérit le migrant.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.