Accéder au contenu principal

Yémen : 10 enfants tués dans un raid aérien de la coalition arabe, selon MSF

Dessin sur un mur de Sanaa dénonçant l'exploitation des enfants dans la guerre civile qui frappe le Yémen.
Dessin sur un mur de Sanaa dénonçant l'exploitation des enfants dans la guerre civile qui frappe le Yémen. Mohammed Huwais, AFP

Un raid aérien mené par la coalition arabe contre une école coranique au Yémen a tué 10 enfants, samedi, selon Médecins sans frontières. Depuis la suspension des pourparlers de paix la semaine dernière, les violences s'intensifient.

PUBLICITÉ

Dix enfants ont été tués au Yémen par des raids aériens de la coalition arabe sunnite menée par l'Arabie saoudite sur une école située dans une zone contrôlée par les rebelles Houthis, a indiqué l'organisation humanitaire Médecins sans frontières (MSF), dimanche 14 août.

"Nous avons vu 10 enfants morts et 28 blessés, tous âgés de moins de 15 ans et victimes de frappes aériennes sur une école coranique à Haydan", dans le nord du Yémen, a indiqué une porte-parole de MSF, Malak Shaher, en précisant que le bombardement avait eu lieu samedi.

"Crime haineux"

L'Unicef a confirmé qu'un bombardement aérien avait touché cette école dans le nord du Yémen, tuant plusieurs enfants âgés de six à 14 ans. "En raison de l'intensification des violences au Yémen la semaine passée, le nombre d'enfants tués ou blessés dans des bombardements aériens ou par l'explosion de mines a augmenté de manière significative", a déploré l'agence de l'ONU pour l'enfance.

Un porte-parole des rebelles houthis, Mohammed Abdelsalam, a posté sur Facebook des images et des vidéos montrant des enfants morts enveloppés dans des couvertures, dénonçant un "crime haineux".

>> À lire sur France 24 : "La paix s’éloigne au Yémen, tandis que l’Arabie saoudite s’enlise dans le conflit"

Le conflit au Yémen a fait plus de 6 400 morts et les violences se sont intensifiées depuis la suspension la semaine dernière des pourparlers de paix tenus sans succès au Koweït. Samedi à Sanaa, la capitale, les rebelles chiites ont convoqué le Parlement au mépris du gouvernement reconnu par la communauté internationale. Quelques jours plus tôt, ils avaient rejeté un plan de paix proposé par l'ONU visant à mettre fin à la guerre qui ravage le pays.

Depuis mars 2015, une coalition sous commandement saoudien mène une campagne de bombardements pour soutenir le gouvernement de l'actuel chef de l'État Abd Rabbo Mansour Hadi contre les rebelles et leurs alliés, partisans de l'ancien président Ali Abdallah Saleh.

Avec AFP

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.