TURQUIE

Accord sur les visas : Ankara accuse l'UE d'humilier la Turquie

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, menace Bruxelles.
Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, menace Bruxelles. Adem Altan, AFP

Ankara a de nouveau monté le ton contre Bruxelles, lundi, lors d'un entretien accordé au journal allemand Bild. Si l'UE n'autorise pas les Turcs à voyager sans visa, l'accord sur les migrants, conclu en mars, sera caduc.

Publicité

Le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusoglu, a accusé l'Union européenne d'"humilier" la Turquie, dans un entretien publié lundi 15 août par le quotidien allemand Bild. Ankara déplore le gel des discussions sur l'exemption de visas pour les ressortissants turcs et le gel des négociations sur son adhésion à l'Union européenne.

"Le peuple turc est traumatisé" après le putsch du 15 juillet, et les Européens "nous humilient au lieu d'aider la Turquie", a déclaré Cavusoglu au quotidien populaire.

>> À lire sur France 24 : "Erdogan menace de bloquer l'accord avec l'UE sur les migrants"

Pour le ministre turc des Affaires étrangères, Ankara a travaillé "comme peu d'autres pays pour remplir les conditions d'adhésion à l'UE", mais ne récolte en retour "que des menaces, des insultes et un blocage total" de la part des Vingt-Huit.

"Je m'interroge : quel crime avons-nous commis ? Pourquoi cette hostilité ?", poursuit Cavusoglu, qui avait déjà accusé mercredi l'UE d'avoir attisé le sentiment anti-européen en Turquie en "favorisant", voire en "encourageant" les auteurs du putsch.

>> À lire sur France 24 : "Comment Erdogan a mis au pas l’armée turque"

Bruxelles a vu d'un mauvais œil les vélléités du président turc Erdogan de rétablir la peine de mort afin de châtier les putschistes. "Aucun pays ne peut adhérer à l’Union européenne s'il introduit la peine de mort", a menacé la chef de la diplomatie de l’UE, Federica Mogherini.

Pas de visas, pas d'accord

Mais Ankara menace : si l’UE n’autorise pas les Turcs à voyager sans visas, l’accord sur les migrants sera mis de côté.

>> À lire sur France 24 : "Crise migratoire : la Turquie somme l'UE de respecter ses engagements"

"Je ne veux pas évoquer le scénario du pire, les discussions avec l'UE se poursuivent mais il est clair que soit nous appliquons tous les traités en même temps, soit nous les mettons de côté", a ajouté Cavusoglu à Bild.

Les Européens et les Turcs ont négocié en mars dernier un accord visant à contenir les arrivées de migrants et de réfugiés dans l'Union européenne en contrepartie d'une aide financière et de facilités accordées à Ankara.

>> À voir dans Reporters : "Turquie-Grèce, les naufragés oubliés de la mer Égée"

Déjà tendues ces derniers mois, les relations de l'Europe avec Ankara se sont encore envenimées après le putsch manqué du 15 juillet, qui a provoqué des vagues de purges dont l'ampleur a choqué les Européens.

Avec AFP et Reuters
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine