Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Bolt, la foudre a encore frappé"

France 24

Au menu de cette revue de presse internationale, lundi 15 août, la diffusion d’une nouvelle vidéo mettant en scène les lycéennes de Chibok, enlevées en 2014 par Boko Haram, le regain de tension entre l’Ukraine et la Russie, les amitiés ukrainiennes du directeur de campagne de Donald Trump. Et le nouvel exploit de "La Foudre" Usain Bolt.

PUBLICITÉ

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale au Nigeria, où Boko Haram a diffusé, hier, une vidéo mettant en scène plusieurs jeunes filles présentées comme certaines des lycéennes de Chibok, enlevées en avril 2014.
 
Cette vidéo, tournée à une date indéterminée, montre un homme masqué en tenue militaire, debout au milieu d’un groupe de plusieurs dizaines de jeunes filles. Cet homme dit vouloir «envoyer (son) message d’abord aux parents de ces filles pour qu’ils sachent qu’elles sont toujours avec (Boko Haram), et pour qu’ils disent au gouvernement du Nigeria, de libérer immédiatement (les membres de la secte islamiste) emprisonnés». D’après The Guardian, ces images auraient été diffusées à la demande d’Abubakar Shekau, le chef auto-proclamé de Boko Haram, actuellement en plein conflit avec l’organisation Etat islamique, à laquelle il a prêté allégeance, mais qui affirme avoir désigné un nouveau chef à la tête de la secte, Abou Mousab Al Barnaoui. Deux ans après leur enlèvement, près de 200 lycéennes de Chibok pourraient donc toujours se trouver aux mains de la faction de Shekau, malgré la très forte mobilisation du mouvement Bring Back Our Girls, qui n’a médiatisé que la partie émergée de l’iceberg, comme le montre une enquête du Wall Street Journal évoquant le chiffre de 10 000 jeune garçons tombés entre les griffes de Boko Haram – 10 000 enfants enlevés dans le nord du Nigeria, parfois dès l’âge de 5 ans, souvent envoyés au front sans armes ni munitions, ou utilisés pour des attaques suicides.
 
A la Une également, le regain de tension entre l’Ukraine et la Russie – qui a menacé de rompre ses relations diplomatiques avec Kiev, vendredi. Cette menace aurait été provoquée par des échauffourées qui auraient entraîné la mort de deux Russes en Crimée, selon Libération, qui juge «possible» une escalade militaire entre Kiev et Moscou. Une large concentration de troupes russes est signalée depuis une semaine dans le nord de la Crimée, tandis que le président ukrainien, Petro Porochenko, a placé ses troupes en état d’alerte maximale. «Tous les éléments sont réunis pour une nouvelle flambée de violences», prévient Libé.
 
Le candidat républicain à la Maison-Blanche Donald Trump, a récemment présenté la situation en Ukraine comme un «gâchis imputable à Barack Obama et à l’OTAN», accréditant un peu plus la thèse, soutenue par ses détracteurs, de son soutien à Vladimir Poutine - des soupçons encore renforcés par les révélations du New York Times. Plus que jamais en guerre contre le tycoon, le journal affirme que des livres de comptes retrouvés dans les anciens  bureaux du parti de l’ex-président ukrainien pro-russe Viktor Yanoukovitch, font état de versements d’un montant de plus de 12, 5 millions de dollars en faveur du directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort entre 2007 et 2012, période durent laquelle ce conseiller avait œuvré à améliorer les «relations publiques» de Yanoukovitch. 
 
Un mot, pour terminer, des JO de Rio, où le Jamaïcain Usain Bolt est devenu le premier athlète à remporter trois fois de suite le 100 m olympique en 9s81, cette fois. L’exploit suscite une cascade de superlatifs, à commencer par ceux de l’intéressé lui-même, d’après L’Equipe, qui raconte que Bolt, qui s’était déjà qualifié de «légende vivante» après son succès aux JO de Londres il y a quatre ans, a été interrogé sur le qualificatif qui lui irait le mieux après cette nouvelle médaille d’or olympique. Le Jamaïcain, qui vise un troisième triplé olympique 100m-200m-4x100m, aurait annoncé la couleur: «Quelqu’un avait dit que je pouvais devenir immortel en cas de triplé. Encore deux médailles et ce sera fait: immortel». Immortel, ça reste à vérifier, ce qui ne fait pas de doute, c’est qu’Usain Bolt reste «l’homme le plus rapide du monde», comme s’en émerveille The New York Times, qui le qualifie de «roi du sprint» - et même de «plus grand sprinter de tous les temps». 
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.