FOOTBALL

Brésil : l'ex-président de la Fifa Joao Havelange décède à l'âge de 100 ans

Joao Havelange défend la candidature de Rio pour l'organisation des JO-2016, le 2 octobre 2009 à Copenhague.
Joao Havelange défend la candidature de Rio pour l'organisation des JO-2016, le 2 octobre 2009 à Copenhague. Olivier Morin, AFP (archives)

Président de la Fifa de 1974 à 1998, Joao Havelange est décédé mardi à Rio, à l'âge de 100 ans. Premier non-Européen à diriger l'instance du foot mondial, il a fait de ce sport une véritable industrie, mais a laissé un héritage entaché de corruption.

Publicité

Il a donné son nom au stade olympique, qui accueille actuellement les épreuves des JO de Rio. Le Brésilien Joao Havelange, ancien président de la Fédération internationale de football (Fifa), est décédé, mardi 16 août, à Rio, à l'âge de 100 ans.

L'hôpital Samaritano de Botafogo, dans le sud de Rio, a annoncé le décès, sans en préciser les causes. Joao Havelange avait été admis dans ce même hôpital en juillet en raison d'une pneumonie.

Havelange, président de la Fifa de 1974 à 1998, a transformé le football en une industrie mondiale. Il "voit le monde à travers un téléscope et non un microscope", disait de lui l'ancien secrétaire d'État américain Henry Kissinger. Mais son héritage avait été assombri par des accusations de corruption.

Premier non-Européen à la tête de la Fifa

Né le 8 mai 1916 à Rio dans un milieu aisé, de parents belges, qui avaient fui les horreurs de la Première Guerre mondiale, Jean-Marie (Joao) Faustin Godefroid Havelange était devenu en 1974 le premier non-Européen à être élu à la présidence de la Fifa.

Diplômé de droit, ce sportif dans l'âme a porté les couleurs du Brésil aux JO de 1936 à Berlin en natation, puis en 1952 à Helsinki en water-polo. Sa vraie vocation s'est révélée dans l'encadrement du sport, où il a gravi les échelons, devenant en 1958 président de la Confédération brésilienne de football, puis membre du Comité olympique brésilien et finalement membre du Comité international olympique (CIO), où il a siégé jusqu'en 2011.

Mentor de Sepp Blatter

En 24 ans à la tête de la Fifa, il a fait entrer le football et sa compétition phare, la Coupe du monde, dans une nouvelle dimension. La direction du foot mondial est devenue une machine à cash et le Mondial est passé de 16 à 32 équipes, dont 12 issues d'Asie, d'Afrique, d'Amérique du Nord et centrale. On lui doit également la Coupe du monde des moins de 17 ans, la Coupe du monde féminine ou encore la Coupe des confédérations.

"Je ne suis pas devenu président de la Fifa juste pour regarder du beau football et applaudir", avait-il souligné.

Accusé de gouverner par clientélisme, Joao Havelange a été rattrapé par les affaires et a dû abandonner son siège au CIO en 2011, avant de démissionner de ses fonctions de président d'honneur de la Fifa en 2013, sur fond de scandales de corruption.

Le Brésilien fut le mentor de Sepp Blatter, le bras droit qui lui a succédé en 1998, avant d'être à son tour poussé vers la sortie par des accusations de corruption en 2015. Un proche décrivait deux hommes unis par une "relation père-fils".

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine