Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Trump, seul contre tous"

France 24

Au menu de cette revue de presse française, mardi 16 août, la passe difficile de Donald Trump, la visite de François Hollande au Vatican, ses vacances, celles de Nicolas Sarkozy. Et une critique en règle du tourisme «humanitaire».

PUBLICITÉ

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse française aux Etats-Unis, où la campagne de Donald Trump marque le pas.
 
En pleine chute dans les sondages, confronté à la défiance croissante de son propre camp, le candidat républicain est «au bord de la rupture», mais croit toujours en ses chances, et refuse de réorienter sa campagne - au point que le Figaro se demande si le tycoon a «raison contre tous», ou s’il fait preuve d’«inconscience», d’«entêtement» et d’«incompétence». «Face à ses déclarations à l’emporte-pièce et sa méconnaissance des dossiers internationaux», «sa remise en question des règles qui régissent l’ordre international, et sa relation trouble et ambiguë avec Vladimir Poutine», les Européens sont eux aussi pas mal déroutés, selon le journal, qui rappelle que plusieurs dirigeants de l’UE ont été poussés à sortir de leur réserve diplomatique pour «exprimer leurs craintes». François Hollande dit que Donald Trump lui provoque un «haut le cœur» et dénonce ses «excès», le chef de la diplomatie allemande considère qu’il serait «effrayant» que le milliardaire accède à la Maison-Blanche, et même Boris Johnson, le nouveau ministre des Affaires étrangères britannique, pourtant habitué des déclarations choc, déclare voir dans «les propos mal informés de Donald Trump», une «absurdité totale».
 
Donald Trump, lui, persiste et signe, comme en témoigne le discours qu’il a prononcé hier, dans l’Ohio. Pour tenter de rebondir, le candidat a «exploité la menace terroriste», d’après les Echos, qui rapportent qu’il a choisi de frapper fort en prononçant l’un de ces discours «musclés» dont il a le secret, en proposant notamment des «tests de dépistage idéologiques» aux personnes souhaitant émigrer aux Etats-Unis, sur le modèle de ceux qui existaient durant la guerre froide – des tests supposés détecter les extrémistes éventuels. Pas sûr, néanmoins, que cette salve suffise à remettre sur les rails un candidat qui porte un nouveau «boulet au pied», selon Libération, qui fait état de ces révélations du New York Times - le quotidien assure que des livres de comptes retrouvés dans les bureaux de l’ex-président ukrainien pro-russe Viktor Yanoukovitch, font état de versements d’un montant de plus de 12, 5 millions de dollars en faveur de son directeur de campagne, Paul Manafort, entre 2007 et 2012. Une période au cours de laquelle ce conseiller avait œuvré à améliorer les «relations publiques» de Yanoukovitch.
 
Il est aussi question, ce matin, de la visite privée que François Hollande doit effectuer demain, au Vatican. Trois semaines après l’assassinat du père Hamel, sa visite au pape François devrait clore une longue période «d’incompréhension» entre les autorités françaises et le Saint-Siège, d’après la Croix, qui évoque «des années délicates dans les relations diplomatiques entre les deux Etats», notamment après le refus du Vatican d’accorder son agrément d’ambassadeur à Laurent Stefanini. L’homosexualité de ce diplomate fut l’un des refus avancés par la presse pour expliquer ce refus, ce qui avait occasionné des froissements, auxquels la visite de demain devrait mettre fin. Ce rendez-vous sera l’un des rares moments médiatisés de la trêve estivale présidentielle. Une discrétion qui rend inconsolable l’Opinion. Pourquoi les Français ont-ils si peu de nouvelles du chef de l’Etat? Pourquoi ne connaissent-ils pas son lieu de villégiature? «Le président de la République est quelque part, mais personne ne doit savoir où», critique le journal, qui regrette «l’absence et le silence» qui se seraient imposés à la tête de l’Etat en ce mois d’août. Nul ne sait où François Hollande passe ses vacances, mais nul n’ignore que son prédécesseur fait du vélo dans le sud de la France, au Cap Nègre, comme chaque année. Nicolas Sarkozy, version cycliste, fait la Une du Parisien, qui raconte que l’ex-président «prépare activement son entrée en campagne», faisant face, néanmoins, à ce dilemme: «Comment créer la surprise alors que sa candidature à la primaire, imminente, est tout sauf un mystère ?».
 
Les Français en vacances, c’est au menu, aussi, de Libération – c’est LA tendance de cet été, selon Libé: le tourisme humanitaire. Une forme de tourisme qui inquièterait les ONG dites «sérieuses», plutôt méfiantes à l’égard de voyageurs aux actions « aussi contestables que généreuses ». Le journal dénonce «la vraie fausse pitié» de vacanciers qui ont choisi de mettre à profit l’été pour aider les populations locales - une idée certes «louable», mais souvent confrontée à «l’amateurisme» et au «cynisme» du secteur.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.