TCHAD

Tchad : au camp de Gaoui, le désespoir des "retournés de Centrafrique"

Le camp de Gaoui est situé à une quinzaine de kilomètres de la capitale tchadienne N'Djamena.
Le camp de Gaoui est situé à une quinzaine de kilomètres de la capitale tchadienne N'Djamena. Capture d'écran, France 24

Les violences de 2013 à Bangui, en Centrafrique, ont contraint de nombreux immigrés tchadiens à retourner dans leur pays d'origine. Le plus souvent démunis, ces derniers se sont notamment réfugiés dans le camp de Gaoui. Reportage.

Publicité

Surnommés les "retournés de Centrafrique", ils sont 5 200 réfugiés à être entassés depuis trois ans dans le camp de Gaoui, à une quinzaine de kilomètres de la capitale tchadienne N'Djamena.

Après avoir émigré vers la Centrafrique voisine pour des raisons économiques, ces Tchadiens sont revenus dans leur pays d'origine pour fuir les affrontements inter-communautaires qui ont éclaté en 2013 à Bangui.

Faute d'investissement des autorités locales, la plupart des humanitaires ont déserté le camp depuis deux ans. Les réfugiés, eux, désespèrent. Sur place, notre reporter Julie Dungelhoeff a recueilli le témoignage de Hadja, 30 ans et 6 enfants, dont le mari a été tué à Bangui : "Il n'y a rien ici, se désole-t-elle. Rien à manger, on vit dans la boue et les déchets. Et avec la pluie on habite dans une grande flaque."

 

Reportages à revoir sur France 24 :

>> "Un programme de prévention pour lutter contre la malnutrition au Niger"

>> "On ne s'attendait pas à ce que Boko Haram arrive un jour dans notre village"

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine