Accéder au contenu principal

Yémen : MSF évacue six hôpitaux après des frappes de la coalition au nord

Stringer, AFP

Médecins sans frontières a déclaré vendredi être "contrainte" d’évacuer six de ses hôpitaux dans le nord du Yémen, trois jours après que l’un de ses établissements a été bombardé par la coalition menée par l’Arabie saoudite.

PUBLICITÉ

"Puisqu'il n'est plus possible de faire confiance dans la capacité de la coalition à éviter des attaques meurtrières, MSF estime que les hôpitaux situés dans les gouvernorats de Saada et Hajjah n'offrent aucune sécurité aux patients et au personnel."

Dans un communiqué publié vendredi 19 août, Médecins sans frontières se dit "contrainte" d’évacuer six de ses hôpitaux situés dans le nord du Yémen après que la coalition menée par l’Arabie saoudite a bombardé, le 15 août, l’un de ses établissements, tuant 19 personnes et en blessant 24. Les six hôpitaux qui vont être évacués "continueront à fonctionner" avec le personnel local, a indiqué MSF.

D'après l’ONG, c'est la quatrième fois qu'une structure qu'elle soutient est touchée au Yémen, ravagé par une guerre depuis un an et demi.

L'ONG affirme pourtant avoir rencontré "à deux reprises à Riyad" ces huit derniers mois "des responsables de haut rang de la coalition" arabe sous commandement saoudien, qui intervient en soutien au président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi contre les rebelles yéménites, afin d'obtenir "l'assurance que les attaques sur les hôpitaux cesseraient".

Enquête "indépendante" de la coalition

Outre la frappe aérienne de la coalition saoudienne menée le 15 août sur un hôpital de Abs, "d'innombrables attaques ont été perpétrées sur d'autres structures et services de soins", rappelle l’ONG dans son communiqué. Le 13 août, le bombardement d’une école avait déjà fait dix morts, tous des enfants.

Des dizaines de bombardements ont touché des civils au Yémen depuis le début, en mars 2015, des opérations militaires de la coalition d'États arabes mobilisée par l'Arabie saoudite pour rétablir le pouvoir du président Abd-Rabbou Mansour Hadi en exil.

>> À lire sur France 24 : "L'ONU accuse la coalition arabe de la mort de centaines d'enfants"

La coalition arabe sous commandement saoudien engagée au Yémen a lancé une enquête "indépendante" après le raid du 15 août, qui avait provoqué une vive indignation internationale.

"Toute attaque contre les hôpitaux, le personnel médical ou des civils [...] est une grave violation du droit humanitaire international", avait rappelé le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

Les raids de la coalition arabe se sont intensifiés le 9 août dernier après l'échec de négociations de paix qui se tenaient depuis trois mois au Koweït sous l'égide de l'ONU.

Avec Reuters et AFP
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.