Accéder au contenu principal

L’Iran dévoile les images de son système de défense anti-aérien Bavar 373

Le président iranien Hassan Rohani a inauguré un nouveau système de défense anti-aérien à Téhéran, le 21 août 2016.
Le président iranien Hassan Rohani a inauguré un nouveau système de défense anti-aérien à Téhéran, le 21 août 2016. HO, Présidence iranienne, AFP

Pour la première fois, l'Iran a dévoilé, dimanche, son propre système de missile anti-aérien Bavar 373, construit sur le modèle du S-300 russe, lors d'une cérémonie en présence du chef de l'État Hassan Rohani.

PUBLICITÉ

L'Iran a montré pour la première fois, dimanche 21 août, son nouveau système de défense anti-aérien Bavar 373, construit localement et comparable au S-300 russe. La République islamique témoigne ainsi de sa détermination à développer ses capacités militaires, malgré les inquiétudes de l'Occident.

Les images diffusées par les médias iraniens ont montré le président Hassan Rohani et son ministre de la Défense Hossein Dehghan lors de la cérémonie.

Ce projet avait été lancé à l'époque où l'Iran subissait encore les sanctions internationales. Le pays avait décidé de se lancer dans la fabrication de son propre système de défense anti-aérien en 2010, après la suspension d’un contrat avec la Russie pour la livraison du système S-300, en raisons des sanctions. Ces dernières avaient été imposées par l'Occident et l'ONU pour pousser Téhéran, accusé de chercher à se doter de l'arme nucléaire, à cesser ses activités sensibles.

Développement des capacités balistiques iraniennes

La conclusion en juillet 2015 d'un accord nucléaire historique entre l'Iran et les grandes puissances, dont la France et les États-Unis, avait permis la levée progressive les sanctions après que Téhéran s'est engagé à garantir la nature exclusivement pacifique de son programme nucléaire. Dans ce contexte, Moscou a de nouveau autorisé le transfert des S-300, dont une partie a finalement été livrée à l'Iran, provoquant les critiques des États-Unis et et d’Israël.

Après la conclusion de l'accord nucléaire, entré en vigueur en janvier 2016, et malgré la pression des États-Unis qui ont maintenu une série de sanctions à son encontre, l'Iran a tout de même continué le développement de ses capacités militaires. "Aujourd'hui, notre capacité balistique est telle que nous pouvons détruire les cibles à n'importe quelle distance", a déclaré Hossein Dehghan vendredi.

Le premier moteur turboréacteur iranien

Parallèlement aux images montrées sur le système Bavar 373, le président iranien a également dévoilé dimanche le premier moteur turboréacteur construit par les ingénieurs de l'industrie de la Défense iranienne. "La République islamique d'Iran fait partie des huit pays dans le monde qui maîtrisent la technologie pour la construction de ces moteurs", a annoncé le ministre iranien de la Défense.

Avec ce turboréacteur nous avons fait "un grand pas" dans l'industrie militaire, s'est félicité de son côté Hassan Rohani. Ces moteurs portent l'inscription "Ma mitavanim" ("Nous pouvons", en persan), qui rappelle le slogan de campagne du président américain Barack Obama ("Yes we can").

Le président iranien a par ailleurs ajouté que son gouvernement avait "plus que doublé" le budget militaire 2016-2017, par rapport à la période précédente, afin d'augmenter les capacités défensives du pays.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.