Accéder au contenu principal

Primaire de la gauche : Arnaud Montebourg officialise sa candidature pour 2017

Arnaud Montebourg a confirmé sa candidature à l'élection présidentielle de 2017 lors de la "fête de la rose" à  Frangy-en-Bresse, le 21 août 2016.
Arnaud Montebourg a confirmé sa candidature à l'élection présidentielle de 2017 lors de la "fête de la rose" à Frangy-en-Bresse, le 21 août 2016. Philippe Desmazes, AFP

L'ancien ministre français Arnaud Montebourg a annoncé dimanche sa candidature à l'élection présidentielle de 2017. L'homme de gauche a jugé impossible de soutenir une nouvelle candidature de l'actuel président François Hollande.

PUBLICITÉ

L'ancien ministre de l'Économie Arnaud Montebourg s'est officiellement lancé dimanche 21 août dans la course à la présidentielle de 2017, depuis Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire), où il a annoncé sa candidature tout en soulignant qu'il lui était "impossible" de soutenir François Hollande.

"Je suis candidat à la présidence de la République française", a affirmé l'ex-député, figure de l'aile gauche du PS depuis son fief électoral de Saône-et-Loire, en présence d'une quinzaine de parlementaires et d'une horde de journalistes réunis pour la "fête populaire" (anciennement appelée "fête de la rose"). Une déclaration accueillie aux cris de "Arnaud président, Arnaud président !" par ses soutiens.

L'ex-ministre socialiste devenu entrepreneur après son éviction du gouvernement il y a deux ans a tenu des propos très sévères sur le quinquennat de François Hollande, affirmant que son bilan n'était "pas défendable". Il a aussi invité l'actuel président français à "bien réfléchir à sa décision" de se représenter ou non, "en prenant en compte l'intérêt supérieur du pays".

Annulation des hausses d'impôts

Dans son discours fleuve, prononcé au côté des drapeaux français et européens, Arnaud Montebourg a dévoilé un embryon de projet présidentiel qui se veut "socialiste", "mais pas seulement", "un projet de gauche, une gauche ancrée dans la réalité".

Il a présenté des propositions pour "la fin de l'austérité" et "le redécollage de l'économie", la lutte contre le terrorisme, le sauvetage de l'Europe "dans la situation d'une entreprise quasiment en faillite", et la refondation du système démocratique.

Parmi les plus marquantes de ces propositions, issues des suggestions des internautes et du travail de plusieurs groupes d'experts pilotés : l'annulation "progressive" pour les classes moyennes et populaires de toutes les hausses d'impôts décidées "ces cinq dernières années".

>> À lire sur France 24 : "Primaire de la gauche : un projet 'socialiste mais pas seulement' pour Arnaud Montebourg"

Rétablissement du service militaire et mesure en faveur des PME

Dans une interview accordée au Journal du Dimanche publiée le matin même, l'ex-ministre de François Hollande avait pris soin de détailler plusieurs de ces propositions, parmi lesquelles le rétablissement du service national, un service civil ou militaire obligatoire de six mois et égalitaire pour les hommes et les femmes.

Arnaud Montebourg, qui a rejoint le monde de l'entreprise après sa sortie du gouvernement, compte aussi lancer une mobilisation nationale en faveur des PME exerçant leur activité en France : 80 % des marchés publics leur seront réservés pendant huit ans.

Sur l'Europe, il entend demander aux Français "un mandat de dépassement des traités européens et de refondation de l'Union européenne". Il promet de décréter la "fin de l'austérité", soit l'abandon du plafond de 3 % du déficit public autorisé au sein de l'UE.

Outre l'ex-ministre de l'Économie de François Holallande, l'ancien ministre de l'Éducation Benoît Hamon, la sénatrice de Paris Marie-Noëlle Lienemann et le membre du conseil national du PS Gérard Filoche ont annoncé qu'ils se lançaient dans la course vers 2017.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.