TURQUIE

Un attentat contre un mariage fait au moins 51 morts dans le sud de la Turquie

Des proches de victimes dans un hôpital après l'attentat de Gaziantep, samedi 20 août 2016.
Des proches de victimes dans un hôpital après l'attentat de Gaziantep, samedi 20 août 2016. Ahmed Deeb, AFP

Au moins 51 personnes ont été tuées dans un attentat perpétré samedi soir lors d'un mariage à Gaziantep, dans le sud-est de la Turquie. Cette région à majorité kurde a été secouée cette semaine par une série d'attaques.

Publicité

En plein mariage, un attentat a fait au moins 51 morts et une soixantaine de blessés, samedi 20 août au soir, à Gaziantep, ville du sud-est de la Turquie, a indiqué le gouverneur de la province.

Après avoir annoncé que l'auteur de l'attaque était un jeune enfant âgé entre 12 et 14 ans, la Turquie a affirmé lundi 22 août "totalement ignorer" l'auteur de l'attentat de Gaziantep, semant une confusion totale.

"Nous ignorons totalement qui sont les auteurs de cet attentat. Les informations au sujet des auteurs de cet attentat, du nom de leur organisation, sont malheureusement inexactes", a déclaré le Premier ministre Binali Yildirim, contredisant radicalement le président Recep Tayyip Erdogan, qui avait évoqué la veille un jeune ayant entre 12 et 14 ans et "probablement" du groupe État islamique (EI).

"Vous échouerez !"

"Notre pays, notre nation ne peut que réitérer un seul et même message à ceux qui nous attaquent : vous échouerez !", a écrit le chef de l'État turc. La Turquie, a-t-il encore martelé, ne cédera pas à la "provocation" que constitue l'attentat de Gaziantep et fera, au contraire, preuve "d'unité, de solidarité et de fraternité".

it

Sur la chaîne de télévision CNN-Turk, le gouverneur de la province Ali Yerlikaya a évoqué "un affreux attentat terroriste", peut-être perpétré par un kamikaze, "lors d'un mariage".

Le vice-Premier ministre Mehmet Sismek, également député de Gaziantep, a jugé "barbare d'attaquer un mariage". "L'objectif de la terreur est d'effrayer les gens, mais nous n'accepterons pas cela", a-t-il dit à la télévision. Il a lui aussi évoqué la possibilité d'un attentat-suicide.

"Beaucoup de Kurdes ont perdu la vie"

Cette nouvelle attaque endeuillant la Turquie est survenue samedi à 22 h 50 (19 h 50 GMT) à Gaziantep, située à 60 km seulement de la frontière syrienne. "Les célébrations se terminaient et il y a eu une grosse explosion au milieu des gens qui dansaient", a déclaré un témoin, Veli Can.

De nombreux Kurdes participaient au mariage, où étaient présents un grand nombre de femmes et d'enfants, ce qui renforçait les spéculations sur un attentat jihadiste. "Beaucoup de Kurdes ont perdu la vie", a déploré le parti pro-kurde HDP, condamnant l'attentat dans un email.

Les télévisions ont montré des ballets d'ambulances arrivant sur les lieux où des corps gisant au sol étaient recouverts de draps blancs. Des proches des victimes étaient assistés dans la rue.

Multiplication des attentats en Turquie depuis un an

Le sud-est et l'est de la Turquie ont été secoués en milieu de semaine par trois attentats qui ont fait 14 morts et été attribués par Ankara au PKK. La guérilla kurde semble, après une relative trêve à la suite du coup d'État manqué du 15 juillet en Turquie, avoir repris une campagne intense d'attentats contre des cibles des forces de sécurité.

La ville de Gaziantep est devenue le point de passage de très nombreux réfugiés syriens fuyant la guerre qui dure depuis plus de cinq ans et demi dans leur pays. Mais la zone abriterait, en dehors des réfugiés et des militants de l'opposition, un nombre significatif de jihadistes.

La Turquie est secouée depuis plus d'un an par une série d'attentats meurtriers attribués à l'EI ou au PKK, notamment à Ankara et à Istanbul, dont l'aéroport Atatürk a été ciblé fin juin.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine