Accéder au contenu principal
Dans la presse

"La gauche façon puzzle"

France 24

Au menu de cette revue de presse française, lundi 22 août, la multiplication des candidatures à gauche, celle, attendue, de Nicolas Sarkozy, un sondage sur les Français et l’immigration, et un couple en or.

PUBLICITÉ

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de cette revue de presse française, l’annonce, hier, d’Arnaud Montebourg, à la présidentielle.
 
Candidat parce que, selon lui, le bilan du quinquennat auquel il a participé n’est pas «défendable», l’ancien ministre du Redressement productif ajoute sa candidature à celles, entre autres, de ses ex-camarades du gouvernement, le frondeur Benoît Hamon, et l’écologiste Cécile Duflot, précédant de quelques jours l’annonce, prévue le week-end prochain, du patron du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon. Une multiplication des candidatures qui a amené le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, à déclarer, hier, que la présidentielle, «ça n’(était) pas la chasse aux Pokémon», tandis que Libération s’interroge sur une majorité où chacun semble avoir a décidé de «jouer sa propre carte», à cinq mois de la primaire. «On craint parfois le vide des idées à gauche. On peut en discuter. Le trop-plein des concurrents, lui, crève les yeux», commente le journal, qui estime que cette gauche éparpillée façon «puzzle», «en ordre dispersé au premier tour, est assurée de disparaître au second» - à moins que tout le monde ne décide de se plier à la primaire, ce que plusieurs candidats ont déjà dit refuser. Le vide et le trop plein? Pour «éviter que la dispersion conduise à l’élimination de la gauche critique – et même de la gauche tout court – au second tour de l’élection  présidentielle», l’Humanité propose «un débat précis sur les axes de transformation» proposé par chacun des candidats. La seule façon, selon l’Huma, d’échapper au «trou noir» du quinquennat Hollande, où auraient disparu «les valeurs de la gauche».
 
Cette multiplication des candidatures à gauche réjouit forcément… à droite. Evoquant une majorité «qui tient à perdre», l’Opinion ironise sur la longue liste de ces candidats «qui se sentent irrésistiblement appelés au secours de la France. Après des réflexions qu’ils assurent très profondes et très sérieuses, qui ont duré très longtemps, au moins tout l’été, comprenez qu’ils se sentent obligés en leur for intérieur. Répondre à l’appel supérieur, c’est ça, à leurs yeux, faire de la politique française. Le pays souffre, ils doivent «y aller»», écrit le journal, qui juge que «la réalité, (c’) est que ces personnages font le calcul cynique que (la présidentielle) est perdue pour la gauche, et que leur intérêt personnel est de prendre position pour les coups d’après». «Le scrutin de l’an prochain, prévient l’Opinion, mettra sans doute Marine Le Pen devant tous les autres au premier tour, et la deuxième place va se jouer dans un mouchoir de poche. Le moindre quart de pourcent sera décisif ». «C’est le règlement de comptes à OK. Corral», s’amuse le Figaro, pour qui «cette division est le signe de la faillite de la gauche dans son ensemble. La réalité du pouvoir l’aura fracassée. Chômage, croissance, fiscalité, sécurité, identité, école. Sur tous les sujets qui inquiètent les Français, elle n’a pas su apporter les réponses adaptées», accuse le journal, qui voit François Hollande «encerclé par de plus en plus de candidats qui, tous, critiquent sa politique et son bilan».
 
Le chef de l’Etat n’a pas encore fait connaître sa décision de se présenter ou non. Pas de décision avant décembre, a-t-il fait savoir. Il va falloir patienter - un tout petit peu de patience, aussi, pour l’annonce de la candidature de Nicolas Sarkozy. Le patron des Républicains, qui sera le premier ex-président battu à se déclarer à nouveau candidat à l’Elysée, le fera cette semaine, d’après l’Opinion. L’ex-président s’apprête à lancer une campagne très ancrée à droite – la seule façon, selon lui, d’empêcher l’ascension du Front national, dont les idées continuent de se diffuser, comme semble l’indiquer ce sondage du Figaro, qui assure que seuls 11% des Français pensent que l’immigration a un impact positif sur le pays.
 
Un mot pour finir des JO de Rio, qui viennent de s’achever en beauté pour les Français, avec la médaille d’or du boxeur Tony Yoka dans la catégorie des super-lourds, deux jours après le sacre de sa compagne, Estelle Mossely, dans la catégorie des moins de 60 kilos. «Le grand bonheur» des deux tourtereaux fait la Une de l’Equipe, qui les montre lovés dans le drapeau français. Comme c’est romantique.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.