Accéder au contenu principal

"Une baisse sans précédent" pour le tourisme en région parisienne depuis 2010

La fréquentation touristique de Paris et de l'Ile-de-France est en recul de 6,4% par rapport à un an plus tôt.
La fréquentation touristique de Paris et de l'Ile-de-France est en recul de 6,4% par rapport à un an plus tôt. Patrick Kovarik, AFP

Dans un contexte sécuritaire, social et météorologique défavorable, la fréquentation touristique à Paris et en Île-de-France a connu au premier semestre une baisse conséquente.

PUBLICITÉ

C’est toujours d’inquiétude du côté du secteur du tourisme en région parisienne. Celui-ci a perdu 750 millions d'euros environ de chiffre d'affaires au premier semestre 2016, selon un bilan diffusé mardi 23 août par le Comité régional du tourisme. Les attentats, les grèves et les inondations ont tenu les visiteurs étrangers loin de la capitale,

La fréquentation touristique a reculé de 6,4 % dans la région par rapport au premier semestre 2015. "Il est temps de prendre conscience de la catastrophe industrielle que le secteur du tourisme est en train de vivre", s'alarme dans un communiqué Frédéric Valletoux, président du Comité. "L'heure n'est plus aux campagnes de communication mais bel et bien à la mise en place d'un plan ORSEC."

Frédéric Valletoux estime que des investissements massifs sont nécessaires pour protéger l'emploi dans le secteur et demande à Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, de rencontrer rapidement les professionnels du tourisme de la région.

Quelque 500 000 emplois sont liés au tourisme en Île-de-France, ce qui en fait la plus grosse industrie de la région. En France, le tourisme représente plus de 7 % du PIB, dont 13 % sont générés en Île-de-France et à Paris, toujours la ville la plus visitée du monde.

Le cœur de la région, Paris, a été davantage touché que la grande couronne, avec des nuitées en recul de 11,4 %, contre 4,4 % dans les autres départements franciliens. La fréquentation des clientèles japonaises (-46,2 %), italiennes (-27,7 %) et russes (-35 %) s'est effondrée, tandis que les Américains et les Chinois, initialement peu affectés, clôturent le semestre sur des reculs de 5,7 % et 19,6 %, entrant dans un "cycle inquiétant de baisse".

Dans ce contexte, la fréquentation des principaux monuments franciliens chute fortement (-43,9 % au Grand Palais, -34,8 % à l'Arc de Triomphe, -16,3 % au château de Versailles). Au cours de l'été, les tendances sont restées "les mêmes avec une fréquentation touristique en baisse", indique le CRT, sans fournir de chiffres.

"La menace terroriste n’explique pas tout"

Interrogée à ce sujet, la présidente Les Républicains (LR) de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, a estimé dans une interview au Figaro que "la menace terroriste n’explique pas tout". "La qualité de notre offre se détériore, il est urgent d'ouvrir les yeux".

"La sécurité au quotidien n'est pas suffisante. L'agression de touristes chinois cet été, devant leur hôtel à Gonesse, a tourné en boucle sur Internet", poursuit-elle. Quant à la propreté, elle "laisse toujours à désirer. Cela vaut pour Paris ainsi qu'aux abords des autoroutes et dans les forêts".

Malgré ces chiffres, les professionnels se veulent néanmoins optimistes, selon le comité. À moyen terme, 64 % tablent sur une amélioration. Pour septembre, 38 % jugent "bon" voire "très bon" l'état des réservations, 43 % l'estiment "moyen" et 19 % "mauvais" ou "très mauvais".

Pour tenter de renverser la tendance, la région a lancé en juin un "fonds pour une région propre" d'un million d'euros et a mis en place un "bouclier de sécurité" de 20 millions d'euros, rappelle-t-elle.

Avec AFP et Reuters
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.