RUSSIE

Dopage : aucun athlète russe ne participera aux Jeux paralympiques

Le Russe Alexander Sakhatskiy lance une balle lors de tests de qualification pour la compétition de boccia, le 12 novembre 2015.
Le Russe Alexander Sakhatskiy lance une balle lors de tests de qualification pour la compétition de boccia, le 12 novembre 2015. Yasuyoshi Chiba, AFP

Le Comité international paralympique a annoncé, mardi, avoir rejeté l'appel déposé par le Comité paralympique russe contre son exclusion. Aucun sportif russe ne pourra donc participer aux épreuves. Moscou dénonce une décision politique.

Publicité

Les Jeux paralympiques ne seront pas épargnés par le scandale du dopage russe. Le Tribunal arbitral du sport (TAS), la plus haute instance de la justice sportive, dont le siège est à Lausanne, a annoncé mardi 23 août avoir rejeté "l’appel déposé par le Comité paralympique russe contre la décision rendue le 7 août par le Comité international paralympique (CIP)", à la suite du scandale de dopage d'État mis au jour ces derniers mois.

Cette nouvelle décision "est plus politique que juridique", a protesté le ministre russe des Sports, Vitali Moutko, cité par l'agence de presse officielle TASS, en jugeant qu'il "n'y avait aucune raison pour ce rejet".

Dans un communiqué, le président du CIP, Philip Craven, s'est de son côté dit "très encouragé" par la confirmation du TAS. Rappelant que l’exclusion de la Russie était motivée par son "incapacité à respecter ses obligations vis-à-vis du Code mondial antidopage", il a exprimé sa sympathie aux athlètes russes qui manqueront les jeux. "C'est un triste jour pour le mouvement paralympique mais aussi, nous l'espérons, un nouveau départ. Nous espérons que cette décision servira de catalyseur pour un changement en Russie", a-t-il assuré.

Les instances paralympiques plus strictes que le CIO

En prenant la décision radicale de suspendre le Comité paralympique russe, et donc d'exclure de facto des Jeux paralympiques l'ensemble des sportifs de ce pays, le CIP s'était montré plus strict que le Comité olympique international (CIO).

Ce dernier s'était en effet refusé à franchir ce pas pour les jeux Olympiques de Rio, qui se sont achevés dimanche.

Le CIO n'avait pas fait le choix d'exclure en bloc les athlètes russes des JO mais avait laissé le choix à chaque fédération sportive internationale, avec un droit de regard final sur leur décision.

Au total, la Russie a été privée de 113 sportifs pour les JO, dont la quasi-totalité de ses athlètes (67 sur 68). Cela ne l'a pas empêchée de finir quatrième au tableau des médailles (56 dont 19 en or).

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine