Accéder au contenu principal
Dans la presse

Nicolas Sarkozy : "Le pire, c'est qu'il peut gagner"

France 24

Au menu de cette revue de presse française, mardi 23 août, l’officialisation de la candidature de Nicolas Sarkozy à la primaire du parti Les Républicains, les deux jours à bord de l’Aquarius, un navire qui vient en aide aux naufragés en Méditerranée, et les héros des Jeux olympiques.

PUBLICITÉ

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également sur votre PC en devenant fan sur Facebook

Au menu de cette revue de presse française, l’officialisation de la candidature de Nicolas Sarkozy à la primaire des Républicains.

À défaut d’être une surprise, cette annonce prend une forme inédite, puisque l’ex-président a choisi de se déclarer dans un livre, intitulé "Tout pour la France", à paraître mercredi. Un ouvrage "qui devrait faire parler de lui pour ses propositions musclées sur l’identité", d’après le Parisien, qui rappelle que la question est, selon Nicolas Sarkozy, "au cœur des préoccupations des Français dans le contexte terroriste". Le journal évoque un programme "épicé et attrape-tout", où il est question d’imposer un moratoire sur le regroupement familial, un renforcement des sanctions contre les femmes qui portent la burqa, le bannissement du voile des universités, mais aussi des entreprises, ou encore la création d’une cour de sûreté antiterroriste, sur le modèle de celle créée par  De Gaulle durant la guerre d’Algérie. Côté économie, la promesse de baisser de 10 % l’impôt sur le revenu, la fin des 35 heures et de l’impôt sur la fortune, le recul de l’âge de la retraite, et le rétablissement de la défiscalisation des heures supplémentaires.

Le Figaro salue "l’événement" - un ancien président battu qui "déclare, pour la première fois dans l’histoire de la Ve République, sa détermination à revenir". Un "événement" "suffisamment singulier pour attirer tous les regards", manifestant "une prise de risque peu banale car l’intéressé n’a pas l’assurance de sortir vainqueur de l’épreuve". Le quotidien rappelle que Nicolas Sarkozy avait déjà fait campagne sur "l'identité" en briguant la présidence de l'UMP, en 2014 - (partant) du bon côté, c'est-à-dire du côté des thèmes sur lesquels les Français se montrent attentifs, interrogatifs ou craintifs". Les Échos, eux, relèvent l’emploi récurrent du mot "force" par le candidat – un terme "pour mieux renvoyer son principal rival, Alain Juppé, à sa faiblesse supposée", selon le journal, qui explique que ce mot dessine un "autoportrait" de Sarkozy, qui a surtout l’avantage d’être l’anti-portrait supposé de Juppé, dont il critique le concept d’"identité heureuse".

Nicolas Sarkozy aborde la primaire de la droite sous le coup de deux mises en examen. Toujours en pointe sur les démêlés judiciaires de l’ex-président, Mediapart évoque "un cas unique qui pose question", allant jusqu’à se demander si "ses soucis judicaires n’entrent pas en ligne de compte dans sa décision de revenir en politique après l’avoir quittée". Nicolas Sarkozy est mis en examen pour corruption et trafic d’influence dans l’affaire Paul Bismuth, soupçonné d’avoir corrompu un haut magistrat pour que celui-ci intervienne dans une autre affaire et mis en examen, aussi, dans l’affaire Bygmalion, pour financement illégal de campagne électorale. Battu en 2012, en panne dans les sondages, et dans le collimateur de la justice – "le pire, c’est qu’il peut (tout de même) gagner", titre Libération. Comment ? "En surfant sur les vagues sécuritaires et identitaires, en saturant l’espace médiatique", selon le journal, qui voit en Sarkozy un candidat ayant "la peur pour programme", et surtout "une martingale en phase avec l’air du temps : le national-libéralisme".

Tout autre chose à la une de l’Humanité, qui raconte l’initiative de citoyens européens aider les réfugiés. Le journal a pris la mer avec des volontaires de l’Aquarius, un bateau de SOS Méditerranée et Médecins sans frontières un navire financé grâce à des dons, et dont la mission est de secourir les naufragés. Le week-end dernier, ce bateau a participé au sauvetage de plus de 1 200 d’entre eux, dont sept femmes enceintes, 147 mineurs isolés, et 18 enfants de moins de 5 ans. L’Huma raconte les rires de ces enfants, une fois la peur retombée, et plus tard, les gorges nouées des exilés, à la pensée que les attendent "les barrières dressées de l’Europe forteresse, ses camps de fortune et ses logiques policières". L’Europe a accueilli moins de 2 % des 160 000 réfugiés qu’elle s’était engagée à recevoir d’ici à 2017.

Pour terminer, n’oubliez pas de jeter un cil à la Croix, qui a choisi de distinguer les athlètes qui se sont illustrés sportivement et humainement lors des JO. Parmi ses "héros", l’escrimeuse tunisienne Ines Boubakri, qui a raflé le bronze du fleuret féminin et dédié sa médaille à tous les Tunisiens. "Pour les jeunes surtout et pour la femme tunisienne, pour la femme arabe. Pour dire qu’il faut y croire, [que] la femme existe, et [qu’]elle a sa place dans la société".

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.