Accéder au contenu principal

Syrie : des chars turcs ont pénétré le territoire syrien en direction de Jarablus

L'organistaion État islamique contrôle de nombreux zones à la frontière turco-syrienne.
L'organistaion État islamique contrôle de nombreux zones à la frontière turco-syrienne. AFP

La Turquie et les forces de la coalition internationale ont lancé une opération pour reprendre à l'organisation État islamique la ville syrienne de Jarablus. Plusieurs chars turcs ont pénétré sur le territoire syrien mercredi matin.

Publicité

L'armée turque et les forces de la coalition internationale antijihadiste ont lancé une opération, mercredi 24 août au matin, contre l'organisation État islamique (EI) et les milices kurdes du PYD (Parti de l'Union démocratique, kurde) dans la ville syrienne de Jarablus, frontalière de la Turquie, a confirmé le président turc Recep Tayyip Erdogan, dans un discours à Ankara.

"Les forces armées turques et les forces aériennes de la coalition internationale ont lancé une opération militaire visant à nettoyer le district de Jarablus de la province d'Alep de l'organisation terroriste Daech [autre nom de l'EI]", avait annoncé précédemment un communiqué du bureau du Premier ministre turc, qui ne mentionnait pas les Kurdes du PYD, contrairement à la déclaration d'Erdogan.

L'agence de presse pro-gouvernementale Anadolu a précisé que l'opération avait commencé à 4 h locales (1 h GMT) et avait pour but également de "renforcer la sécurité de la frontière et de préserver l'intégrité territoriale de la Syrie".

Selon des sources militaires, des chars turcs ont pénétré en Syrie. L'opération a été précédé de tirs d'artillerie ainsi que de raids de l'aviation turque et de la coalition formée par les États-Unis. Un journaliste de Reuters sur place a noté la présence de six blindés du côté syrien de la frontière et fait état d'intenses bombardements.

Des membres de l'Armée syrienne libre (ASL) qui se rassemblaient depuis plusieurs jours en Turquie avec le soutien d'Ankara, dans l'optique d'une offensive à Jarablus, ont également franchi la frontière dans le même secteur, a déclaré leur commandant, interrogé par Reuters.

>> À voir sur France 24, l'infographie : "La frontière syrienne au cœur de la lutte entre Turcs et Kurdes"

Tard mardi, Ankara s'était dite prête à soutenir une opération pour chasser l'EI de Jarablus après avoir reçu des tirs de mortiers et des roquettes sur son sol, à Karkamis et sur la ville frontalière turque de Kilis, plus à l'ouest, auxquels elle avait répliqué.

Au même moment, des centaines de rebelles syriens soutenus par Ankara se préparaient du côté turc à une offensive pour prendre Jarablus – le dernier point de passage contrôlé par l'EI à la frontière turco-syrienne – selon des sources rebelles et l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Cette opération est motivée par la volonté du pouvoir turc d'empêcher la prise de contrôle par les milices kurdes de cette localité et d'"ouvrir un corridor pour les rebelles modérés", a souligne un responsable local.

Studio graphique France Médias Monde

Pour voir les images et vidéos sur vos tablettes et mobiles, cliquez ici.

Avec AFP

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.