FOOTBALL

Ligue des champions : tirage clément pour le PSG et Monaco, relevé pour Lyon

Thierry Henry, lors du tirage au sort de la Ligue des champions effectué par l'UEFA, le 25 août 2016.
Thierry Henry, lors du tirage au sort de la Ligue des champions effectué par l'UEFA, le 25 août 2016. Valery Hache, AFP

Le tirage au sort de la Ligue des champions laisse toutes ses chances au PSG, qui affrontera Arsenal, et Monaco, qui sera confronté au Bayer Leverkusen. Lyon hérite, en revanche, d'un groupe difficile avec la Juventus Turin et le FC Séville.

Publicité

Les clubs sont désormais fixés. Le Paris SG, versé dans un groupe A à sa portée, sera opposé à Arsenal, au FC Bâle et à Ludogorets lors de la phase de groupes de la Ligue des champions (du 13-14 septembre au 6-7 décembre), selon le tirage au sort effectué jeudi 25 août, à Monaco.

Les deux autres représentants français, Lyon et Monaco ont, eux, connu une fortune diverse. L'OL aura fort à faire dans le groupe H avec pour rivaux la Juventus Turin, le FC Séville et le Dinamo Zagreb (CRO). L'ASM, en revanche a été plutôt épargnée, puisqu'elle devra se mesurer au CSKA Moscou, à Leverkusen et à Tottenham dans le groupe E.

Pour le PSG, qui ambitionne de passer enfin le cap des quarts de finale après quatre échecs successifs, l'opposition majeure sera donc londonienne, puisque les Gunners sont des habitués des joutes de la C1. Mais les hommes d'Arsène Wenger, qui effectue sa 20e saison à la tête de l'équipe, ont souvent peiné ces dernières saisons à dépasser les 8e de finale.

Outre l'Angleterre, le PSG ira pour la première fois en Suisse, chez le FC Bâle qui renoue avec la C1 après une saison d'absence. Enfin, il se mesurera également au club bulgare de Ludogorets, issu des barrages. Rien de bien effrayant pour le quadruple champion de France en titre, désormais entraîné par l'Espagnol Unai Emery, recruté pour son savoir-faire en tant que collectionneur de titres européens puisqu'il a permis au FC Séville de remporter les trois dernières Europa League.

Se hisser très haut

Pour Lyon, en revanche, le programme s'annonce corsé. Jean-Michel Aulas pourra être satisfait des grandes soirées européennes en perspective dans son flambant neuf Parc OL, mais affronter la Juventus Turin, finaliste de l'avant-dernière édition, le FC Séville et le Dinamo Zagreb ne sera pas une sinécure.

Pour Alexandre Lacazette, Nabil Fékir et cie, il faudra se hisser au très haut niveau requis, même si Séville a entamé une nouvelle ère avec l'entraîneur argentin Jorge Sampaoli et sans Kevin Gameiro, parti à l'Atletico Madrid. Face au Dinamo Zagreb, il faudra surtout savoir voyager serein et résister à l'ambiance chaude du stade Maksimir.

L'AS Monaco, sorti qualifié des barrages, a lui été gâté par le tirage. Dans le groupe le moins relevé du lot, l'équipe de Leonardo Jardim sera opposée au CSKA Moscou, tête de série en vertu de son titre de champion de Russie, et à Leverkusen qu'elle avait battu deux fois déjà en phase de groupes lors de l'édition 2014-2015. Finalement, c'est le Tottenham d'Hugo Lloris, épouvantail du chapeau 3, qui semble l'adversaire le plus relevé.

Dans les autres poules, à noter notamment celui de la "mort" qui réunit le FC Barcelone, Manchester City, Mönchengladbach et le Celtic dans le groupe C.

Le tenant du titre, le Real Madrid, aura lui l'ambitieux Dortmund pour rival sérieux dans le groupe F, mais également le Sporting Portugal, premier club professionnel de Cristiano Ronaldo, et le Legia Varsovie.
 

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine