Découvertes

La science veut ressusciter une espèce d'oiseau disparue il y a plus de 200 ans grâce à son ADN

Jean-Jacques-Fougère Audubon, Wikicommons

Le monde des pingouins doit être dans tous ses états : des scientifiques veulent faire renaître de ses cendres le grand pingouin qui s'est éteint au milieu du XIXe siècle.

Publicité

C’était un jour de juillet 1844, sur la petite île du "guerrier Stack", en Écosse. Trois hommes t’ont capturé et gardé dans une cage pendant trois jours. Le dernier jour, un violent orage s’est abattu sur l’île et c’est toi qu’ils ont fini par abattre à coup de bâtons, pensant que tu étais le responsable maléfique de la tempête qui les avait frappés.

C’était ton dernier jour et aussi celui de toute ton espèce : en juillet 1844, le dernier grand pingouin est mort.

Ces pingouins de près d’un mètre de hauteur, reconnaissables par leur tache blanche sur la tête et leur nez crochu strié, ont vécu sur Terre pendant des milliers d’années, avant de finalement succomber à des siècles de chasse humaine. 

VOIR AUSSI : On le croyait disparu, mais le rhinocéros de Sumatra se baladait du côté de Bornéo

Près de 200 ans plus tard, des chercheurs de l’institut américain Revive & Restore veulent ressusciter la bête grâce à son ADN, raconte The Telegraph.

De l'ADN dans des fossiles

En extrayant les gènes du grand pingouin à partir de fossiles ou d’organes conservés, les scientifiques espèrent reconstituer le génome de l’oiseau pour fertiliser l'embryon d’un petit pingouin, l’espèce la plus proche du volatile disparu.

L’embryon fertilisé sera ensuite placé dans un oiseau plus gros pour espérer donner naissance à un fameux grand pingouin. Et paf, le grand pingouin est de retour sur Terre, ou plus précisément sur l’archipel des îles de Farne en Angleterre, où les chercheurs de Revive & Restore voudraient conduire l’expérience.

VOIR AUSSI : Les ailes d’un oiseau du temps des dinosaures retrouvées emprisonnées dans de l’ambre

Avec ce nouveau projet, le grand pingouin rejoint la longue liste des espèces candidates à la "dé-extinction" qui compte déjà parmi ses membres le pigeon voyageur et le mammouth, dont 16 des gènes ont déjà été intégrés avec succès à un éléphant.

Et sinon, est-ce qu’on peut faire revivre les dinosaures aussi s'il vous plaît?

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire. 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine