ÉTATS-UNIS

L’ex-dirigeant de Ukip, Nigel Farage, affiche son soutien à Donald Trump aux États-Unis

L'ex-dirigeant du parti britannique Ukip, Nigel Farage a apporté son soutien au candidat républicain à la présidence américaine, Donald Trump, à Jackson aux États-Unis, le 24 août 2016.
L'ex-dirigeant du parti britannique Ukip, Nigel Farage a apporté son soutien au candidat républicain à la présidence américaine, Donald Trump, à Jackson aux États-Unis, le 24 août 2016. Jonathan Bachman, Getty images, AFP

L'ex-dirigeant du parti britannique Ukip, Nigel Farage, et le candidat républicain à la présidence américaine, Donald Trump, se sont affichés côte à côte, mercredi, lors d'un meeting du milliardaire américain à Jackson aux États-Unis.

Publicité

Nigel Farage, ex-dirigeant du parti britannique europhobe et anti-immigration Ukip, qui a fait campagne en faveur du Brexit, a apporté mercredi 24 août un soutien appuyé à Donald Trump dans sa course à la Maison Blanche.

Invité à intervenir lors d'un meeting du candidat républicain, à Jackson, ville du sud des États-Unis, Nigel Farage a comparé la campagne du milliardaire américain à celle qu'il a menée en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

L’ex-dirigeant de Ukip a vanté sa victoire lors du référendum britannique du 23 juin pour le Brexit, présentant ce vote comme un moyen pour les Britanniques de reprendre le contrôle de leur pays. "Tout le monde nous donnait perdants" mais "nous avons réussi. Nous avons fait du 23 juin notre jour de l'indépendance, quand nous avons écrasé l'establishement", a-t-il assuré, comparant sa victoire à celle qu’il prédit à Donald Trump.

Farage s'adresse aux "Américains ordinaires"

"Il y a des millions d'Américains ordinaires, qui se sont sentis abandonnés, qui ont traversé des épreuves difficiles. Qui ont l'impression que la classe politique à Washington est déconnectée", a affirmé Nigel Farage devant les 10 000 personnes rassemblées à Jackson. "Donc vous avez une formidable occasion avec cette campagne. Vous pouvez y aller et battre les sondeurs, vous pouvez battre les commentateurs, et vous pouvez battre Washington", a-t-il ajouté.

Le candidat républicain est actuellement devancé par sa rivale démocrate Hillary Clinton, avec 41,5 % contre 47 %, selon une moyenne des derniers sondages réalisée par l'institut Real clear politics.

Attaques contre Hillary Clinton

Également présent lors de la convention républicaine, qui a officiellement investi Donald Trump en juillet, cette fois, l'ancien trader de 52 ans s'est moqué d'Hillary Clinton. "Si j'étais citoyen américain, je ne voterais pas pour Hillary Clinton, même si vous me payiez. En fait, je ne voterais pas pour Hillary Clinton même si elle me payait", a-t-il ironisé sous les applaudissements.

Une fois le discours de Nigel Farage terminé, Donald Trump, qui avait ouvertement soutenu le Brexit, est monté sur scène pour féliciter son invité.

Europhobe, Nigel Farage a mené une campagne acharnée et controversée pour quitter l'UE. Une affiche de campagne montrant une colonne de réfugiés et barrée du commentaire "Point de rupture" avait notamment choqué l’opinion publique britannique, jusque dans les rangs des pro-Brexit. Début juillet, le dirigeant de Ukip avait surpris la classe politique britannique en quittant subitement la tête de son parti, quelques semaines après sa victoire lors du référendum sur le Brexit, affirmant qu’il avait "atteint son objectif".

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine