BANGLADESH

Bangladesh : la police annonce avoir tué le responsable présumé de l'attentat de Dacca

Des policiers bangladais, vendredi 26 août 2016, à Dacca.
Des policiers bangladais, vendredi 26 août 2016, à Dacca. AFP

La police du Bangladesh a annoncé, samedi, avoir abattu lors d'une opération près de Dacca trois jihadistes, dont le cerveau présumé d'une attaque contre un café de la capitale, qui avait fait en juillet 22 morts, dont 18 étrangers.

Publicité

Les forces de sécurité du Bangladesh affirment avoir abattu, samedi 27 août, trois islamistes présumés, dont l'homme qui serait derrière l'attaque commise début juillet dans un restaurant de Dacca, lors de laquelle 22 personnes ont été tuées.

Les hommes ont été repérés aux premières heures de la matinée dans la banlieue de la capitale bangladaise. Des échanges de tirs ont opposé pendant une heure les policiers aux terroristes retranchés dans une cache à Narayanganj, une localité à 25 km au sud de Dacca, a indiqué à l'AFP un haut responsable de la police, Sanwar Hossain. Tous ont été tués, après avoir refusé de se rendre, a déclaré le commissaire Monirul Islam.

>> À lire sur France 24 : Tuerie de Dacca : les terroristes n'étaient pas membres de l'EI, selon les autorités

Tamim Ahmed Chowdhury, un Canadien né au Bangladesh, cerveau présumé de l'attaque du restaurant et chef du groupe islamiste local Jamayetul Mujahideen Bangladesh (JMB), figure parmi les victimes. Il était arrivé au Bangladesh depuis le Canada il y a trois ans, et depuis lors, dirigeait et finançait une campagne de radicalisation de jeunes musulmans, selon la police.

Le 1er juillet, au moins cinq hommes avaient pris d'assaut le restaurant Holey Artisan Bakery, situé dans le quartier huppé de Gulshan, massacrant vingt otages, en majorité des Italiens et des Japonais. Après une douzaine d'heures, une centaine de policiers ont donné l'assaut. Six islamistes ont été tués, un septième a été arrêté.

L’organisation État Islamique avait revendiqué le massacre de Dacca et publié des images du carnage avant l'assaut donné par la police mais les autorités du Bangladesh nient la présence de tout groupe jihadiste international dans le pays et ont rejeté la responsabilité des récents attentats sur le JMB, accusé du meurtre de dizaines d'étrangers ou de membres de minorités religieuses.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine