Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les orangs-outans meurent pour des biscuits

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : Martin Fayulu tend la main à Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Gaspard Gantzer : "Sur les carburants, le gouvernement doit continuer à expliquer"

En savoir plus

LE DÉBAT

Gaza : annonce d'un cessez le feu

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Un monde à portée de main", le roman en trompe-l'œil de Maylis de Kerangal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Uhuru Kenyatta : "Aucun pays ne peut combattre seul le terrorisme"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Christine Lagarde et Jim Yong Kim : "Il faut un multilatéralisme plus inclusif"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Un opposant à Maduro raconte sa détention dans les geôles du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

L'Arabie saoudite accroît investissements et influences en Bosnie

En savoir plus

Afrique

Libye : les forces libyennes lancent leur "ultime bataille" contre l'EI à Syrte

© Mahmoud Turkya, AFP | Les forces du gouvernement libyen d'union nationale ont repris une grande partie de la ville de Syrte.

Vidéo par Florence GAILLARD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/08/2016

Quelque 1 000 soldats des forces du gouvernement d'union nationale de Libye (GNA) sont entrés, dimanche, dans les deux derniers quartiers de la ville de Syrte, à l'est de Tripoli, encore contrôlés par les jihadistes de l'EI.

Les forces du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) ont lancé dimanche 28 août "la dernière phase" de l'offensive sur les positions encore contrôlées par l’organisation État islamique (EI) dans son bastion de Syrte, en Libye.

Quelque 1 000 soldats ont été mobilisés pour chasser totalement les jihadistes qui ne tiennent plus que deux quartiers de la ville côtière, en grande partie reprise par les forces du GNA depuis le début de l'été. "Nos forces sont entrées dans les deux derniers quartiers de Daech [autre nom en arabe de l'EI] à Syrte", a annoncé Reda Issa, porte-parole des forces pro-gouvernementales dimanche. "L'ultime bataille de Syrte a commencé" a-t-il affirmé.

Ces violents combats de rue ont fait au moins 21 morts et 120 blessés parmi les soldats loyaux, a indiqué une source médicale. Un photographe de l’AFP a également vu le corps de deux combattants de l'EI gisant dans une rue.

Aide américaine décisive

Dans cette bataille, les soldats loyalistes utilisent toutes sortes d'armements, notamment de l'artillerie lourde, tandis que les jihadistes ont lancé sur eux cinq voitures piégées selon l'armée. "L'un de nos chars a réussi à détruire une voiture piégée qui visait nos forces mais elle a été neutralisée avant d'atteindre son objectif", a expliqué Reda Issa.

Les forces terrestres ont profité, selon lui, d'"une nuit de raids de l'armée de l'air" des États-Unis, qui soutiennent les troupes loyalistes à Syrte depuis le 1er août, à la demande du GNA. Et depuis près d'une semaine, les États-Unis utilisent des hélicoptères d'attaque de type AH-1W SuperCobra des Marines qui apportent de nouvelles capacités pour les bombardements de précision.

Syrte, bastion de l'EI en Libye

La reprise totale de la ville située à 450 km à l'est de Tripoli représenterait un grand revers pour l'EI, qui en avait pris le contrôle en juin 2015. L’organisation jihadiste en avait fait la base de son expansion en dehors de la Syrie et de l'Irak.

Pour l'en déloger, les forces pro-gouvernementales, formées principalement d'ex-rebelles ayant refusé de déposer les armes après la révolte de 2011, ont lancé une offensive le 12 mai. Elles sont entrées le 9 juin dans cette ville, lieu de naissance de l'ex-dictateur Mouammar Kadhafi, dont elles ont pris le port et le centre administratif.

Avec AFP

Première publication : 28/08/2016

  • LIBYE

    Libye : au moins 15 soldats tués dans un attentat-suicide à Benghazi

    En savoir plus

  • LIBYE

    Les forces libyennes reprennent un site stratégique de l’EI à Syrte

    En savoir plus

  • LIBYE

    Le Parlement libyen refuse d'accorder sa confiance au gouvernement d'union nationale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)