Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Sports

Football américain : un joueur refuse de se lever pendant l'hymne national

© Thearon W. Henderson, AFP | Colin Kaepernick est quaterback pour l'équipe des San Francisco 49ers.

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 29/08/2016

Un joueur de l'équipe de football américain des San Francisco 49ers a créé la polémique en refusant de se lever durant l'hymne américain avant un match. Il a voulu ainsi protester contre "l'oppression" de la communauté noire aux États-Unis.

Lorsque l’hymne national a retenti, vendredi 26 août,  juste avant le match de pré-saison entre les 49ers de San Francisco et les Packers de Green Bay, l’ensemble des joueurs se sont levés, sauf un… Contrairement à la tradition, le quaterback de l’équipe de San Francisco Colin Kaepernick ne s'est pas mis debout le regard tourné vers la bannière étoilée. Il a tout simplement refusé de quitter son siège.

Interrogé à ce sujet après la rencontre, le joueur a expliqué qu’il s’agissait d’un geste de protestation. "Je ne peux pas montrer ma fierté devant le drapeau d’un pays qui oppresse les Noirs et les gens de couleurs", a-t-il déclaré devant les médias américains. "Ce problème dépasse le football américain, cela serait égoïste de ma part de détourner le regard, il y a des gens qui meurent dans les rues et d’autres qui tuent et qui échappent à des punitions", a ajouté ce métis, adopté par deux parents blancs, en faisant référence aux fréquentes bavures policières à l’encontre d’afro-américains.

>> À lire sur France 24 : "Un an après les émeutes de Ferguson, portrait glaçant du "flic" qui a tué Michael Brown"

 

"Je veux seulement élever ma voix"

Même si le joueur a reçu le soutien de son équipe, qui a estimé qu’il exerçait son droit à la liberté d’expression, son refus n’a pas été bien perçu par tous. Sur les réseaux sociaux, Colin Kaepernick a été vivement pris à partie. Des Américains ont demandé à son équipe et à la Ligue nationale de foot américain (NFL) de le suspendre voire de le licencier. Certains fans de l’équipe des 49ers ont même brûlé son maillot, arguant qu’il avait manqué de respect envers son pays, notamment envers les militaires qui défendent le drapeau américain.

>> À lire sur France 24 : "À Selma, Obama rappelle que la lutte contre les discriminations n'est pas finie"

"Je ne cherche pas l’approbation de qui que ce soit. Je veux seulement élever ma voix pour les gens oppressés. Si on me retire l’opportunité de jouer au football ou que des commanditaires se dissocient de moi, je saurai que j’aurai agi de la bonne manière", a répondu le joueur face à ces critiques.

Dans la lignée d'Ali

Plusieurs médias américains ont toutefois salué son engagement. Dans un édito pour le quotidien USA Today, le journaliste Jarrett Bell explique qu’il ne faut pas "démoniser" quelqu’un qui a "autant touché la communauté afro-américaine et les autres minorités". "Que l’on soit d’accord ou non avec ses méthodes, Kaepernick est un bon exemple qui montre que la Constitution s’applique à tous les Américains, même à ceux en tenue de footballeurs", résume ce spécialiste du football américain. "Kaepernick a gagné beaucoup de considérations de la rue en se levant pour quelque chose qui le passionne, tout en sachant qu’il y aurait un prix politique à payer. Quelque part, Mohammed Ali doit être en train de sourire".

>> À voir sur France 24 : "Ferguson, ville symbole du racisme policier"

Sur le site de la radio NPR, l’ancien journaliste du New York Times Bill Rhoden fait le même parallèle avec la légende de la boxe, décédée il y a quelques mois et le comportement militant de Colin Kaepernick : "L’essence même de la vie d’Ali était la protestation. De nombreux jeunes athlètes commencent à regarder en arrière et à prendre exemple sur son attitude".

D’autres stars du sport américain dont les basketteurs LeBron James, Dwyane Wade ou encore Carmelo Anthony, ont en effet récemment appelé d’autres joueurs à faire entendre leur voix pour réclamer la fin des violences à caractère raciste. La légende de la NBA Michael Jordan a lui-même fait un don de deux millions de dollars à des associations œuvrant pour le rapprochement entre la police et la communauté noire. "Je sais que ce pays vaut mieux que cela et je ne peux pas rester plus longtemps silencieux", a-t-il expliqué dans un communiqué.

>> À lire sur France 24 : "En huit ans de mandat, qu'a fait Obama pour apaiser les tensions raciales ?" 

Avec AFP

Première publication : 29/08/2016

  • ÉTATS-UNIS

    Super Bowl : le vieux Shérif Manning face au jeune Superman Newton

    En savoir plus

  • FOOTBALL AMÉRICAIN

    Super Bowl : le triomphe de Denver et Peyton Manning

    En savoir plus

  • INTERNET

    Facebook veut récupérer les fans de sports qui privilégient Twitter

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)