Accéder au contenu principal

Brésil : Dilma Rousseff définitivement destituée, Michel Temer lui succède

Lors de son audition devant les sénateurs lundi, Dilma  Rousseff avait dénoncé un "coup d'État".
Lors de son audition devant les sénateurs lundi, Dilma Rousseff avait dénoncé un "coup d'État". Andressa Anholete, AFP (archives)

Pas de miracle pour Dilma Rousseff. La présidente du Brésil a été officiellement destituée mercredi par les sénateurs, au terme de neuf mois de procédure. Michel Temer, qui assurait l'intérim, a prêté serment dans la soirée.

PUBLICITÉ

Sans surprise, la présidente du Brésil Dilma Rousseff a été définitivement démise de ses fonctions mercredi 31 août par une majorité de plus des deux tiers requis des sénateurs. Ce vote qui sanctionne le maquillage de comptes publics vient clore une procédure juridico-politique hautement controversée. Dilma Rousseff conserve en revanche ses droits civiques malgré et pourra en conséquence se représenter en 2018.

Sur les 81 parlementaires, 61 ont voté pour la destitution de la dirigeante de gauche, élue en 2010. Elle sera remplacée jusqu’en 2018 par son ancien vice-président Michel Temer (centre droit), qui assurait l'intérim à la tête de l'État depuis mai. Il a prêté serment mercredi soir avant de se rendre au G20, en Chine

>> À voir sur France 24 : "La 'longue chute' de Dilma Rousseff"

Pour la défense de Dilma Rousseff, tous ses prédécesseurs ont eu recours aux manœuvres budgétaires incriminées sans avoir été inquiétés. Il s'agirait donc selon elle d'un "coup d'État" institutionnel orchestré par l'opposition de droite et Michel Temer.

Baroud d’honneur

Le vice-président avait porté un coup fatal à cette ex-guérillera de 68 ans, torturée et emprisonnée sous la dictature militaire (1964-1985), en poussant en mars son grand parti centriste, le PMDB, arbitre de toutes les majorités de gouvernement depuis 1994, à claquer la porte de sa coalition.

>> Pour tout comprendre au scandale de Petrobras, "Les dessous d'un scandale fou"

La démonstration de combativité administrée lundi par Dilma Rousseff, répondant lors de son procès, pendant plus de 14 heures, aux nombreuses questions des sénateurs avec calme et fermeté, n'aura été selon toute vraisemblance qu'un baroud d'honneur pour la postérité.

"Votez contre la destitution, votez pour la démocratie", avait-elle lancé aux sénateurs, dont plus de la moitié sont soupçonnés de corruption ou visés par une enquête. En vain.

Avec AFP et Reuters
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.