Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Bassma Kodmani : "Assad, un jour, rendra compte pour ses crimes"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

États-Unis : la hausse des taux, un risque pour l'économie ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Jair Bolsonaro : vers "un retour de la dictature au Brésil" ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Bioéthique, le tournant ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La marine marocaine tire sur une embarcation de migrants, faisant un mort

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls traverse la frontière pour devenir maire

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Ugo Bernalicis : "La France de Macron rejoint Salvini"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Amélie de Montchalin : "Ce budget affirme que le travail paie"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La France de l'Occupation racontée par Pierre Assouline

En savoir plus

Afrique

Gabon : le QG de l'opposant Jean Ping attaqué, deux morts selon son camp

© Marco Longari, AFP | Jean Ping à son QG à Libreville, le 28 août 2016.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/09/2016

Au lendemain de la réélection d’Ali Bongo au Gabon, les tensions restent très vives à Libreville, la capitale du pays. L’opposant Jean Ping a affirmé sur France 24 que son QG avait été pris d’assaut par les militaires et deux personnes tuées.

L'opposant gabonais, Jean Ping, a affirmé jeudi 1er septembre que son QG avait été pris d'assaut par les forces de sécurité à Libreville dans la nuit de mercredi à jeudi. "Vers 1h du matin, mon QG a été bombardé par hélicoptères, et cerné au sol par des troupes de la garde présidentielle, de la police et des mercenaires", a déclaré Jean Ping à France 24. "Nous enregistrons deux morts et plusieurs blessés".

"Nous avons eu au sol des gens qui ont pénétré dans les locaux, qui ont tué, cassé, tout cassé, et qui ont lancé des bombes lacrymogènes à l’intérieur du bâtiment", a-t-il ajouté.

Pour voir les images et les tweets dans cet article, cliquez ici

Quelques heures plus tôt, la commission électorale (Cenap) avait annoncé la réélection du président sortant, Ali Bongo, pour un deuxième septennat avec 49,80 % des suffrages devant Jean Ping (48,23 %), 73 ans, ex-cacique du régime du défunt Omar Bongo, le père d'Ali. Cet écart marginal représente une différence de 5 594 voix, sur un total de 627 805 inscrits, dans ce petit pays pétrolier d'à peine 1,8 million d'habitants.

"Tout le monde sait que c'est moi qui ai gagné les élections"

L’opposition a réclamé un recomptage des voix dans tous les bureaux de vote. "Nous demandons le recompte des voix, bureau après bureau, procès verbal après procès verbal, sous la supervision de l’Union européenne, du NDI [National Democratic Institute] américain, de l’Union africaine et de tous les observateurs internationaux. Car tout le monde sait, toute la communauté internationale sait, que c’est moi qui ai gagné ces élections", a-t-il déclaré à France 24.

"Le pouvoir est depuis cinquante ans entre les mains d’une famille, d’un camp [...] Le scénario se répète depuis cinqante ans. L'opposition gagne toujours les élections, mais n'accède jamais au pouvoir [...]", a-t-il encore déploré.

>> À lire sur France 24 : "Bongo réélu, le camp Ping dénonce une élection 'volée'"

Alain-Claude Bilie-By-Nze, porte-parole du gouvernement, a affirmé de son côté, que l'assaut visait des "criminels" qui avait incendié l'Assemblée nationale dans l'après-midi de mercredi. "Des personnes armées qui ont incendié le siège de l'Assemblée nationale se sont repliées au QG de Jean Ping en même temps que des centaines de pilleurs et de casseurs", a-t-il déclaré à l'AFP.

Interrogé ensuite sur l'antenne de RFI, le porte-parole du gouvernement a défendu la transparence des élections. "Le Gabon n'est pas une dictature, mais une démocratie avec des lois. S'il y a contestation des résultats [de l'élection], un contentieux peut être ouvert auprès de la Cour constitutionnelle".

"On est fatigué de la famille Bongo"

Protégée par des grilles, l'Assemblée nationale se trouve sur le prestigieux boulevard Triomphal, siège de grandes institutions (télévision d'État Gabon Télévision, Sénat, Centre culturel français, ministère du Pétrole, ambassades de Chine, de Russie...).

Paris a demandé "au plus vite" l'arrêt des affrontements. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a déclaré que les événements de la nuit à Libreville suscitaient sa "plus vive préoccupation".

Dès l'annonce de la victoire controversée de Bongo, des troubles ont éclaté sur les grandes artères entre les forces de l'ordre et des opposants. "On nous a volé les élections", criaient les manifestants. "Qu'il quitte le pouvoir. Ce n'est pas une dynastie. Nous ne sommes pas dans un royaume", protestait à l'AFP un manifestant en visant Ali Bongo. "On est fatigué de la famille Bongo, on en a marre ! Ça fait cinquante ans, c'est pour ça qu'on revendique la victoire", s'est exclamée une supportrice de Jean Ping au micro de France 24.

Au moment même des troubles, Ali Bongo s'est félicité d'une élection "exemplaire".

Avec AFP

Première publication : 01/09/2016

  • GABON

    Présidentielle au Gabon : le pays suspendu au verdict de la commission électorale

    En savoir plus

  • GABON

    Présidentielle au Gabon : Bongo réélu, le camp Ping dénonce une élection "volée"

    En savoir plus

  • GABON

    Gabon : heurts à Libreville après l'annonce de la réélection de Bongo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)