Accéder au contenu principal

Une capsule temporelle révèle les questions que se posaient les Américains il y a 50 ans

Des reines de beauté locales posent avec la capsule prête à être scellée dans la pierre, le 29 août 1966 à Dana Point, près du port en construction.
Des reines de beauté locales posent avec la capsule prête à être scellée dans la pierre, le 29 août 1966 à Dana Point, près du port en construction. Orange County Archives/Flickr

Après 50 ans d'attente, la ville de Dana Point, en Californie, a ouvert une "capsule temporelle" qu'elle avait scellée en 1966, remplie de photos, d'articles de journaux et surtout de questions posées par la population aux futures générations.

Publicité

Il n'y a rien de pire que les cadeaux à retardement : un parent ou un ami mystérieux – et un peu sadique – qui vous tend une boîte, et vous dit : "tu l'ouvriras quand tu auras 18 ans". Ça marche aussi pour 25, 30 ans ou même jeudi prochain. Dans tous les cas, le résultat est le même : c'est TRÈS frustrant. Pourtant le jour J, l'ouverture dudit cadeau est particulièrement exaltante.

VOIR AUSSI : L'histoire de l'ADN qui s'est baladé sur des dizaines de scènes de crime pendant 16 ans

On imagine donc aisément l'excitation qui s'est emparée des habitants de Dana Point, petite ville côtière des États-Unis. Le 29 août 2016, cette bourgade californienne a enfin eu le droit d'ouvrir une capsule temporelle, scellée et enfermée dans un bloc de pierres 50 ans auparavant. Le tube en métal avait été rempli et fermé le 29 août 1966, à l'occasion d'une grande cérémonie.

Un port pour la ville

Ce jour-là, Dana Point inaugure le chantier d'un nouveau port, qui marque un tournant pour la ville et ses habitants. C'est à cette occasion que plusieurs documents sont réunis et placés dans un tube en métal scellé.

Ce n'est en fait que le 1e octobre 1968 que la capsule est placée dans un rocher, afin de l'isoler parfaitement jusqu'à son ouverture, prévue 48 ans plus tard.

À l'époque, ce jour d'inauguration est une vraie fête : des drapeaux américains flottent partout, et les choses sont faites en grand pour la cérémonie. Des reines de beauté, des chanteurs de folk, des officiels... tout le gratin de la Californie est réuni pour l'occasion. "C'était comme un second départ pour Dana Point", raconte Barbara Johannes, la présidente de la Dana Point Historical Society au Los Angeles Times. "En 1966, ils avaient conscience que cet évènement serait un tournant pour la ville – et ça l’a été."

Sous le rocher, l'Histoire

Selon les organisateurs, entre 1 500 et 2 000 personnes étaient présentes le 29 août 2016 pour l'ouverture de la capsule, qui a eu droit à une aussi belle cérémonie. Un barbecue était organisé, gratuit pour ceux qui ont pu présenter un des précieux tickets d'invitation à l'évènement distribués... 50 ans auparavant.

La capsule avait un beau coffre-fort : un écrin de métal scellé et une énorme couche de pierre tout autour, afin de s'assurer que personne n'y toucherait avant la date fatidique du 29 août 2016. Le processus d'ouverture a donc demandé un peu plus de moyens, notamment un marteau-piqueur et beaucoup de sueur, comme le montre cette vidéo publiée sur Facebook par la page officielle du port de Dana Point.

Et après avoir enlevé beaucoup, beaucoup de couches de scotch, le contenu de la capsule a enfin été révélé aux habitants.

Des photos et beaucoup de questions

Dans la capsule se trouvaient des documents d'époque : photos, coupures de presse, et même les plans préliminaires pour la construction du port de Dana Point. Le tout a été placé dans des vitrines afin que les visiteurs puissent les voir.

Mais la capsule contenait aussi quelque chose de plus intéressant : des lettres écrites par les habitants de l'époque, contenant des questions pour la génération actuelle. Curiosité envers l'avenir et ce à quoi il ressemblera, interrogations philosophiques, politiques... Tout y est. Une personne se demande entre autres si "la télé continuera-t-elle à diffuser ces irritantes publicités vantant la qualité du savon, du déodorant, du dentifrice, des cigarettes, etc ?".

"On voit des gens presque nus sur les plages et dans les rues. Que verrons-nous en 2016 ?"

Une autre s'inquiète des mœurs de son pays : "On voit des gens presque nus sur les plages et dans nos rues. Que verrons-nous en 2016 ?". Impossible de ne pas y voir une étrange coïncidence avec la polémique du burkini qui a agité la France en août 2016. Enfin, une lettre de l'American Legion (l'association des anciens combattants américains) pose pêle-mêle plusieurs questions, allant de l'inquiétude politique ("La force des États-Unis sera-t-elle suffisante pour combattre la Russie communiste et la Chine rouge qui tentent de dominer le monde et d'esclavagiser les masses ?") à l'angoisse écolo ("La Lagune aura-t-elle été (illisible) par des autoroutes immondes et des files ininterrompues de voitures et de camions ?").

La ville de Dana Point a prévu de sceller une nouvelle capsule à l'occasion de la rénovation du port, d'ici 2 ou 3 ans. Tout à coup, on a bien envie de vivre jusqu'en 2066 pour savoir quelles réponses les générations suivantes pourraient donner à nos questions.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.