Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

Moyen-Orient

Violente charge de Khameini contre les Saoudiens avant le hadj à La Mecque

© HO / KHAMENEI.IR / AFP | L'ayatollah Ali Khamenei, le 2 juillet 2016, lors d'un discours prononcé devant des étudiants à Téhéran.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/09/2016

À une semaine du début du hadj, l'ayatollah Khamenei a vivement attaqué l'Arabie saoudite, lundi, critiquant notamment la décision de ses dirigeants de priver les Iraniens de pèlerinage cette année.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a lancé, lundi 5 septembre, une violente attaque contre les "dirigeants saoudiens" à quelques jours du grand pèlerinage de La Mecque dont seront privés les Iraniens cette année.

"Le monde musulman, aussi bien les gouvernements que les peuples, doit connaître les dirigeants saoudiens et leur nature irrévérencieuse, non croyante et dépendante", dénonce le plus haut responsable iranien dans un message adressé avant le début du hadj qui débutera dans une semaine.

Il exhorte les musulmans à "réfléchir sérieusement à la gestion des lieux saints" situés en Arabie saoudite, dont les deux plus importants de l'islam, La Mecque et Médine. "Sinon, prévient-il, le monde musulman sera confronté à des problèmes plus grands".

Le numéro un iranien, qui a le dernier mot dans les grands dossiers de politique intérieure et extérieure du pays, a déjà dénoncé par le passé le contrôle exercé par Ryad sur ces lieux saints. Ses nouvelles attaques illustrent la persistance des tensions entre l'Iran chiite et l'Arabie saoudite sunnite, deux puissances qui cherchent à étendre leur influence au Moyen-Orient.

Leurs relations s'étaient dégradées il y a un an, à cause de la gigantesque bousculade qui avait endeuillé le hadj à La Mecque. Elle avait provoqué la mort de quelque 2 300 pèlerins, dont 464 Iraniens, selon des données compilées à partir de bilans fournis par des gouvernements étrangers.

Depuis, les deux pays n'ont pas réussi à trouver un accord pour l'envoi cette année des pèlerins iraniens à la Mecque alors qu'ils avaient été 60 000 en 2015. Téhéran a accusé Ryad d'"entraves". C'est la première fois depuis presque trois décennies que des Iraniens sont empêchés de participer au hadj.

Relations diplomatiques rompues en janvier

"Les dirigeants saoudiens qui ont bloqué le chemin du hadj aux fidèles iraniens sont des égarés honteux, qui voient la continuation de leur pouvoir oppressif dans (...) l'alliance avec le sionisme et les États-Unis et ne renoncent à aucune trahison sur ce chemin", a dénoncé Ali Khamenei.

Les relations entre les deux pays se sont encore tendues en janvier lorsque l'Arabie saoudite a rompu ses relations avec l'Iran après l'attaque de son ambassade à Téhéran par des manifestants protestant contre l'exécution du cheikh Nimr, une figure de la contestation chiite contre le régime saoudien sunnite. Ryad a également rompu ses relations commerciales et les liaisons aériennes avec Téhéran.

"Les dirigeants saoudiens, au lieu de présenter des excuses (...) se mettent en position d'accusateurs et révèlent leur animosité ancienne à l'égard de la République islamique d'Iran qui porte le drapeau de l'islam face aux infidèles et à l'oppression", a ajouté Ali Khamenei.

Plus généralement, l'ayatollah a critiqué la politique de l'Arabie saoudite dans toute la région et dénonçant "les dirigeants qui forment, arment les groupes takfiris et rebelles, et ont plongé le monde musulmans dans les guerres internes (...) et  mis à feu et à sang le Yémen, l'Irak, Cham (Syrie), la Libye et d'autres pays" de la région.

Le terme takfiri désigne en général les membres des groupes jihadistes qui se battent en Syrie, en Irak ou ailleurs dans le monde musulman, notamment l’organisation État islamique (EI) ou Al-Qaïda.

L'Iran soutient financièrement et militairement le gouvernement du président syrien Bachar al-Assad, alors que l'Arabie saoudite soutient les groupes rebelles armés syriens. L'Iran dénonce également les bombardements quotidiens de l'Arabie saoudite et sa coalition au Yémen. Téhéran soutient les rebelles houthis qui contrôlent depuis plus d'un an la capitale Sanaa. L'Arabie saoudite dénonce quant à elle les "ingérences" de l'Iran dans les affaires du monde arabe.

Avec AFP

Première publication : 05/09/2016

  • IRAN

    L’Iran dévoile les images de son système de défense anti-aérien Bavar 373

    En savoir plus

  • SYRIE

    Téhéran annonce la fin des raids russes en Syrie au départ de l'Iran

    En savoir plus

  • IRAN

    Offensive du milieu religieux ultraconservateur sur les concerts en Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)