Accéder au contenu principal

Le Danemark va acheter les données des Panama papers pour poursuivre ses fraudeurs

Les Panama papers proviennent du fichier client de la société financière Mossack Fonseca.
Les Panama papers proviennent du fichier client de la société financière Mossack Fonseca. Aaron Tam, AFP

Le Danemark a annoncé, mercredi, être prêt à payer pour acquérir une partie des Panama papers, afin de traquer de potentiels contribuables fraudeurs. La publication de ces documents avait permis de révéler l'ampleur de l'évasion fiscale mondiale.

PUBLICITÉ

Le Danemark a dit oui. Le ministre danois des Finances, Karsten Lauritzen, a annoncé, mercredi 7 septembre, qu'il avait accepté de payer pour obtenir une partie des Panama papers afin d'enquêter sur les cas potentiels de fraudes fiscales.

Ces documents – issus du fichier des clients du cabinet d'avocats panaméens Mossack Fonseca – contiennent des informations sur des comptes dans des paradis fiscaux de plus de 500 contribuables danois, selon les médias locaux.

L'administration fiscale a reçu une offre anonyme, cet été, pour acquérir 200 000 des 11,5 millions de fichiers des Panama papers. Le gouvernement va payer pour ces précieux documents une somme comprise entre un million et 9 millions de couronnes (entre 134 000 et 1,2 million d'euros), selon le quotidien britannique The Guardian. Le Trésor danois a pu, avant de se décider, avoir accès à un échantillon gratuit de cette base de données, précise le magazine d'Afrique du Sud Times.

L'exemple danois

C'est la première fois qu'un État paie pour mettre la main sur ces documents qui ont entraîné une avalanche de révélations sur l'argent dissimulé dans des paradis fiscaux par les grandes fortunes et les puissants de ce monde. L'intégralité des fichiers avaient été remis par une source anonyme à plusieurs journalistes en 2015, lesquels ont ensuite travaillé avec un consortium d'investigation pour révéler, en avril 2016, l'un des plus importants scandales fiscaux de ces dernières années.

D'autres pays pourraient suivre l'exemple danois. Par ailleurs, en 2014, Berlin avait payé un peu moins d'un million d'euros pour obtenir une version beaucoup plus restreinte et ciblé des documents du cabinet Monsack Fonseca. Cet achat avait permis au fisc allemand de lancer plusieurs procédures de redressement fiscal contre des clients de la Commerzbank, la deuxième plus importante banque d'Allemagne.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.