Accéder au contenu principal

Le téléphérique bloqué dans le Mont-Blanc a été remis en route

Le téléphérique relie l'Aiguille du Midi, dans les Alpes françaises, à la Pointe Helbronner, côté italien.
Le téléphérique relie l'Aiguille du Midi, dans les Alpes françaises, à la Pointe Helbronner, côté italien. Philippe Desmazes, AFP (archives)

Les cabines d'un téléphérique du massif du Mont-Blanc bloquées depuis jeudi après-midi, dans lesquelles trente-trois personnes ont été contraintes de passer la nuit, ont pu être remises en marche vendredi matin.

Publicité

Les cabines du téléphérique en panne depuis jeudi après-midi dans le massif alpin du Mont-Blanc, à l'intérieur desquelles 33 personnes ont dû passer la nuit, ont été remises en marche vendredi 9 septembre au matin.

"C'est reparti il y a cinq minutes, le dernier câble (qui bloquait la machine, NDLR) a pu être décroisé", a déclaré à l'AFP Mathieu Dechavanne, PDG de la compagnie du Mont-Blanc, peu avant 8 h. Les derniers "naufragés du vide" ont donc pu rejoindre la terre ferme sans être hélitreuillés.

Dès jeudi soir et dans la nuit, 77 autres personnes avaient été évacuées : 48 treuillées par hélicoptère et une trentaine, situées dans des cabines plus proches du sol, descendues en rappel par les secours, français et italiens.

Quatre hélicoptères, français et italien, avaient été mobilisés jeudi pour l'opération d'évacuation, interrompue par la nuit et des conditions météo difficiles.

"Pas de détresse vitale"

Les touristes bloqués disposaient de couvertures de survie, de barres énergétiques et de bouteilles d'eau, placées en permanence dans les cabines du "Panoramic Mont-Blanc", long de 5 km, qui relie l'Aiguille du Midi (3 842 mètres), dans les Alpes françaises, à la Pointe Helbronner (3 462 mètres), côté italien. "On a été en contact avec eux toute la nuit, les gens ont eu froid mais nous n'avons pas de détresse vitale", avait déclaré à l'AFP le commandant du PGHM, Stéphane Bozon, à la reprise des opérations de secours avant 7 h.

C'est un croisement de câbles intervenu "pour des raisons inexpliquées", mais sans doute dû à une rafale de vent, qui a bloqué ce téléphérique construit dans les années 1950, selon le PDG de la compagnie des remontées mécaniques.

Avec AFP

 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.