Accéder au contenu principal

De lents progrès vers un accord États-Unis-Russie sur la Syrie

Le Secrétaire d’État américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le 9 septembre 2016.
Le Secrétaire d’État américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le 9 septembre 2016. Kevin Lamarque, AFP

John Kerry et Sergueï Lavrov étaient réunis vendredi à Genève pour tenter de nouveau de trouver un accord pour un cessez-le-feu en Syrie. Les ministres des affaires étrangères des États-Unis et de la Russie ont indiqué "avoir fait des progrès".

Publicité

Américains et Russes ont accompli des progrès lors de négociations pour parvenir à une cessation des hostilités au niveau national en Syrie, a indiqué un haut responsable du département d'État américain. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le secrétaire d'État américain John Kerry se réunissaient, vendredi, à Genève pour des entretiens, mais ces échanges n'avaient encore débouché sur aucune conclusion en fin de journée. 

"Les discussions se poursuivaient en début de soirée, les questions techniques étant négociées par les deux équipes", a précisé ce responsable.

Processus bloqué à Washington

"Nous ne sommes pas pour l'instant en mesure de dire si un accord final peut être atteint ou non" mais les deux camps "font des progrès dans le sens de propositions qui pourraient conduire à une cessation des hostilités au niveau national en Syrie, ainsi qu'à un accès soutenu et sans entrave de l'assistance humanitaire pour les communautés qui en ont le plus besoin".

Selon un responsable russe, le processus de négociations est "bloqué à Washington". "Nous attendons une réponse de Washington [...] depuis plus de cinq heures", a-t-il déclaré.

Les deux hommes s'étaient déjà entretenus le 26 août dans la ville suisse, puis les 4 et 5 septembre au sommet du G20 en Chine. Mais ces tractations marathon, à l'initiative semble-t-il des Américains, n'ont jusqu'ici rien donné. Moscou et Washington, qui soutiennent depuis plus de cinq ans des camps adverses sur le terrain, espèrent de façon générale relancer un plan de paix adopté fin 2015 par la communauté internationale.

Avec Reuters et AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.