Accéder au contenu principal

Syrie : le commandant militaire de l'ex-Front al-Nosra tué dans un raid aérien près d'Alep

Des combattants de l'ex-Front al-Nosra, photographiés le 6 août 2016 aux alentours d'Alep.
Des combattants de l'ex-Front al-Nosra, photographiés le 6 août 2016 aux alentours d'Alep. Omar Hajj Kadour, AFP (archives)

Le chef militaire de l'ex-Front al-Nosra, qui joue un rôle central dans les batailles en cours autour d'Alep, a été tué dans un raid aérien dans le nord de la Syrie, selon des sources rebelles.

Publicité

Le commandant militaire du Front Fatah al-Cham, l’ex-Front al-Nosra, a été tué dans "une frappe aérienne" dans le nord de la Syrie, a annoncé jeudi le groupe jihadiste.

Abou Omar Saraqeb a été tué dans la province d'Alep, a ajouté sur son compte Twitter le groupe qui a récemment rompu ses liens avec Al-Qaïda, sans fournir d'autres précisions. L’origine du raid reste inconnue, mais selon une source rebelle citée par Reuters, les premiers indices suggèrent qu'un avion américain serait responsable de la frappe. L'agence britannique précise que les chefs du Front Fatah al-Cham étaient réunis dans un repaire secret dans le village de Kafr Naha. Le chef du groupe, Abou Mohammad al-Jolani, n'était apparemment pas présent.

Une figure du jihadisme depuis 2003

Abou Omar Saraqeb était une figure et un membre fondateur de l’ex-Front al-Nosra. Il comptait parmi les jihadistes qui ont combattu les forces américaines en Irak après le début de la guerre en 2003, avant de rejoindre la Syrie.

Même s’il lutte contre le régime syrien, Washington a dit toujours considérer l'ex-Front al-Nosra comme un groupe terroriste, affirmant qu'il restait toujours un objectif valable pour les forces aériennes américaines et russes.

Depuis le début des opérations de la coalition menée par les États-Unis en Syrie en 2014, des frappes aériennes ont ciblé l’ex-Front al-Nosra à de nombreuses reprises, tuant nombre de ses membres. Mais c'est la première fois qu'un très haut responsable est touché depuis le changement de nom du groupe jihadiste, qui fait partie de l'"Armée de la conquête", la principale alliance miltaire de rebelles en Syrie.

Avec Reuters

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.