Accéder au contenu principal
ESPACE

Le télescope Gaïa cartographie un milliard d'étoiles de la Voie lactée

La cartographie d'un milliard d'étoiles dans la Voie lactée effectuée grâce aux observations de la sonde Gaïa.
La cartographie d'un milliard d'étoiles dans la Voie lactée effectuée grâce aux observations de la sonde Gaïa. Agence spatiale européenne
4 mn

L'Agence spatiale européenne a révélé, mercredi, une cartographie précise de plus d'un milliard d'étoiles dans la Voie lactée. Une première réalisée grâce aux observations de la sonde Gaïa.

Publicité

L’Homme a enfin un plan plus précis de son lieu d'habitation : la Voie lactée. Les relevés du télescope européen Gaïa ont permis à l’Agence spatiale européenne de présenter, mercredi 14 septembre, le catalogue le plus complet à ce jour de l’emplacement d'1,15 milliard d’étoiles de la galaxie à laquelle appartient la Terre.

Cette cartographie du voisinage galactique apporte une précision “100 fois supérieure à ce qu’on savait auparavant pour les étoiles, dont on avait une idée de l’emplacement et a permis de localiser 450 millions de nouvelles étoiles”, explique à France 24 François Mignard, chercheur au CNRS à l’Observatoire de la Côte d’Azur, qui collabore au programme Gaïa depuis ses débuts en 2013. Cette carte du ciel a beau être gigantesque, elle donne l’adresse pour seulement 1 % des étoiles de la Voie lactée, qui en contient entre 100 et 200 milliards.

Mais Gaïa ne s’est pas contenté d’apporter des informations sur notre galaxie, puisqu’elle a découvert l’emplacement précis de 200 000 quasars, des galaxies très lumineuses et très lointaines.

L’emplacement d’une étoile correspond à la direction précise dans laquelle les observateurs doivent tourner un télescope pour la regarder. Le niveau de précision des informations apportées par Gaïa permet d’avoir des coordonnées différentes pour deux ou plusieurs étoiles qui, jusqu’à présent, semblaient se trouver les unes sur les autres.

Fait surprenant dans ce nouveau catalogue d’étoiles, certaines réputées parmi les plus proches de la Terre n’apparaissent pas. “Elles sont tellement brillantes qu’elles ont littéralement aveuglé le télescope, l’empêchant de faire les relevés nécessaires”, explique François Mignard.

Gaïa, dont la puissance permet théoriquement de mesurer avec précision le diamètre d’un cheveu qui se trouve à 1 000 km, a également réussi à calculer les déplacements d’une partie de ces étoiles. Une donnée importante qui permet d’en savoir plus sur l’évolution de la galaxie qui n’est pas un décor immuable.

Positionner les satellites GPS et faire des économies

Le télescope est même parvenu à calculer la distance précise par rapport à la Terre pour deux millions de ces étoiles. Une véritable gageure car la “distance est la donnée la plus compliquée à déterminer”, assure François Mignard. Il faut, en effet, prendre en compte l’emplacement d’une étoile, sa vitesse de déplacement, ou encore la rotation de la Terre autour du soleil. C’est donc l’étape ultime pour les astrophysiciens.

La prochaine étape pour Gaïa est d’ailleurs d’établir la distance pour les 1,15 milliard d’étoiles. “Nous obtiendrons ces informations dans 14 mois”, assure François Mignard. Le tableau géographique de cette fraction de la Voie lactée sera alors complet.

Un tableau qui contribue non seulement à approfondir la connaissance scientifique, mais a “également des applications très pratiques”, assure François Mignard. Il va faciliter le positionnement des satellites GPS qui “ont besoin de repères comme les étoiles”, explique l’astrophysicien français. Cette carte améliorera aussi le guidage des engins spatiaux en général et pourra permettre de faire des économies. “Grâce à ces informations précises, il sera possible de rectifier plus rapidement d’éventuelles déviations de trajectoire ce qui permettra, notamment, d’économiser du carburant”, note François Mignard.

Avec ce premier catalogue d’étoiles, le programme Gaïa a aussi franchi avec succès la première étape vers son objectif final : arriver à établir une carte précise en 3D de l’intégralité de la Voie lactée. Les scientifiques de cette mission se sont donné cinq ans pour récupérer les données nécessaires pour y arriver.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.