Accéder au contenu principal
Découvertes

Cézanne et Zola, et ces autres amitiés secrètes entre artistes

Guillaume Gallienne en Paul Cézanne et Guillaume Canet en Émile Zola, sur le tournage de "Cézanne et moi", réalisé par Danièle Thompson.
Guillaume Gallienne en Paul Cézanne et Guillaume Canet en Émile Zola, sur le tournage de "Cézanne et moi", réalisé par Danièle Thompson. Luc Roux

Dans le film "Cézanne et moi" au cinéma le 21 septembre, Danièle Thompson met en scène les rapports fraternels entre Paul Cézanne et Émile Zola au XIXe siècle. Comme eux, d’autres artistes célèbres ont vécu des amitiés confidentielles.

Publicité

Amitié : sentiment d'affection entre deux personnes ; attachement, sympathie qu'une personne témoigne à une autre.

Ce sentiment-là, tous les êtres humains le ressentent un jour, même les plus torturés et les plus narcissiques : les artistes. Le réalisatrice Danièle Thompson a brodé toute l’histoire du film "Cézanne et moi", en salle le 21 septembre, autour d’une amitié réelle entre le peintre Paul Cézanne et l’écrivain Émile Zola. Et si le récit du film est un peu décousu et haché à cause des nombreux allers-retours entre passé et présent, l’amitié qui unit les deux hommes est bouleversante.

Cézanne et Zola

VIDEO Cézanne et moi - Bande-annonce officielle HD

Tout a commencé dans une cour de recré d’Aix-en-Provence dans les années 1850 lorsque le solide Paul Cézanne prend la défense du nouveau souffre-douleur de l’école : Émile Zola. Leurs voyages entre la capitale et le Sud, leurs amours, leurs virées avec Renoir, Manet ou Pissaro, leurs réussites artistiques ou leurs échecs… rien ne brisera leur amitié.

Jusqu’à ce que Zola s’inspire largement de son ami pour écrire "L’Œuvre", l’histoire d’un peintre maudit, raté et dépressif. Cézanne s’y reconnaît et envoie le 4 avril 1886 une courte lettre que certains historiens interprètent comme une déclaration de rupture à Zola. Mais la découverte d’autres correspondances postérieures prouvent que leur amitié ne s’est pas arrêtée aussi brutalement.

Grace de Monaco et Joséphine Baker

La rencontre entre Grace de Monaco et Joséphine Baker a lieu le soir du mardi 16 octobre 1951 entre les murs du select club Strok à New York. Grace Kelly – pas encore Princesse de Monaco à l’époque – assiste au manège raciste des serveurs de l’endroit qui ignorent sciemment Joséphine Baker. Indignée, Grace Kelly et tous ses amis quittent le club et promettent de ne plus jamais y remettre les pieds.

La Princesse et la meneuse de revue ne se perdront plus jamais de vue jusqu’à la mort de Baker en 1975, enterrée au cimetière de Monaco. Alors que Joséphine Baker est pratiquement ruinée dans les dernières années de sa vie, la Princesse de Monaco loge notamment la chanteuse et sa famille dans une villa à Roquebrune, et le Prince Rainier assure le financement de ce qui sera son ultime spectacle "Joséphine à Bobino".

Walt Disney et Dalí

Si leurs œuvres se côtoient dès 1936 lors de l’exposition "Art fantastique, dada et surréalisme" qui se tient au MoMa de New York, ce n’est qu’en 1944 que Walt Disney et Salvador Dalí démarrent une correspondance, comme le révèle le site du musée de la famille Walt Disney, qui consacrait l’année dernière une exposition à l’amitié entre ces deux "architectes de l’animation". L’Américain et l’Espagnol finissent par se rencontre en 1945 lors d’un dîner organisé par la Warner à Hollywood et décident de réaliser ensemble un court-métrage – projet rapidement avorté jusqu’à ce qu’un neveu de Walt Disney exhume une courte séquence d’époque de 18 secondes et des story boards de Dalí pour réaliser "Destino", finalement projeté au festivanl d’animation d’Annecy en 2003.

Mais si à l’époque la collaboration professionnelle entre Dalí et Disney n’aboutit pas, leur amitié elle se poursuit. Salvador Dalí et sa femme Gala iront passer des vacances chez le couple Disney en Californie en 1951, avant de les inviter en retour à Cadaquès en Espagne en 1957.

Agnès Varda et Harrison Ford

Si Agnès Varda passe aujourd’hui ses journées avec le photographe JR pour le tournage d’un documentaire, la réalisatrice née en Belgique partage aussi de profonds liens d’amitié avec un certain Harrison Ford. Leur rencontre date de "1965-1966" se souvient l’acteur hollywoodien dans une interview au Figaro.

Alors que Jacques Demy et Agnès Varda viennent de s’installer à Los Angeles après le succès des "Parapluies de Cherboug", le réalisateur français souhaite faire du jeune Harrison Ford encore inconnu le héros de son prochain film "Model Shop". Mais sous contrat avec Columbia Pictures, l’acteur sera contraint de refuser. Ce qui ne les empêchera pas de continuer à passer du temps ensemble : "Je garde le souvenir de moments forts, comme lorsque nous avons regardé les premiers pas sur la Lune dans la résidence de Jacques et Agnès à Beverly Hills. Agnès était restée dos à la télévision, refusant de regarder parce qu'elle était convaincue que c'était une imposture, que tout ça avait été tourné en studio".

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.