Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Ghislaine Dehaene : "Il faut parler au bébé pour lui permettre de façonner son esprit"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Population mondiale : le vieillissement s’accélère

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Gérard Collomb, chronique d'un départ annoncé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La catastrophe humanitaire évitée à Idleb?"

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Libre échange, quand les barrières tombent

En savoir plus

FOCUS

La mémoire de la guerre civile divise toujours les Espagnols

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Disiz, dinosaure du hip-hop français

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Emily O’Reilly, médiatrice de l'UE : "Nous recevons des milliers de plaintes de citoyens"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ahed Tamimi : "Tout Palestinien résiste à l'occupation dès sa naissance"

En savoir plus

EUROPE

"Bahamas Leaks" : une ex-commissaire européenne rattrapée par sa société offshore

© Marcel van Hoorn, AFP | Neelie Kroes a reconnu qu'elle avait été "officiellement en infraction avec le code de conduite des commissaires européens".

Vidéo par Caroline DE CAMARET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/09/2016

L'ancienne commissaire européenne à la Concurrence Neelie Kroes a dirigé une société aux Bahamas, alors que les règles en vigueur à Bruxelles le lui interdisaient, rapportent des médias néerlandais qui ont eu accès aux documents du Bahamas Leaks.

Elle était chargée de surveiller le monde des affaires mais l'ancienne commissaire européenne à la Concurrence, Neelie Kroes, a également été directrice d'une société aux Bahamas pendant son mandat et ce, au mépris des règles européennes, ont révélé, mercredi 21 septembre, plusieurs journaux.

D'après les documents en possession du quotidien allemand Süddeutsche Zeitung et du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), Neelie Kroes a dirigé Mint Holdings Ltd., une entreprise offshore établie aux Bahamas, "du 4 juillet 2000 au 1er octobre 2009". Or, les commissaires européens doivent, au début de leur mandat, renoncer à toutes leurs fonctions de direction et notifier dans un registre public toutes celles, rémunérées ou non, exercées les dix années précédentes.

>> À voir sur France 24 : "Bahamas Leaks, nouvel embarras pour la Commission européenne"

L'ex-ministre néerlandaise des Transports assure avoir abandonné en 2002 ses fonctions au sein de Mint Holdings et avoir quitté cette entreprise en 2004, au début de son premier mandat en tant que commissaire européenne, ont rapporté les médias néerlandais qui ont consulté les documents dits "Bahamas Leaks".

Six milliards de dollars

L'ancienne commissaire "était, selon ses propres dires, un directeur non exécutif et aurait donné des conseils stratégiques à Mint Holdings, qui voulait acheter des parts dans le géant américain de l'énergie Enron pour 6 milliards de dollars", précisent les deux quotidiens. "Cet achat a échoué à l'été 2000."

"Parce que Mint Holdings n'a jamais été opérationnelle selon elle, [Neelie Kroes] n'a jamais fait état de ses fonctions dans la direction", ajoutent les journaux De Trouw et Het Financieele Dagblad, qui publient plusieurs documents, dont la source n'a pu être confirmée.

L’intéressée a reconnu auprès de ces deux quotidiens néerlandais qu'elle avait été "officiellement en infraction avec le code de conduite des commissaires européens". Docteur en économie, elle assure assumer l'entière responsabilité de ses actes et en accepter les conséquences, d'après les journaux. Son avocat a informé le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Avec AFP

Première publication : 22/09/2016

  • ÉCONOMIE

    Juncker veut des clarifications sur l'emploi de Barroso chez Goldman Sachs

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Selon l’Allemagne, les négociations sur le traité transatlantique ont "de facto échoué"

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    La Commission européenne déclare l’Espagne et le Portugal en dérapage budgétaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)